Agriculture : la RDC réfléchit sur la capitalisation des différentes innovations dans les chaînes de valeur

Jeudi 9 Mai 2019 - 19:38

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Une partie du financement du Fonds africain de développement (FAD) servira à assurer les paiements liés au recrutement d'un consultant individuel pour réaliser une sorte d’inventaire des innovations existantes dans différents maillons des chaînes de valeur agricoles.

 

La République démocratique du Congo (RDC) va initier prochainement une grande étude sur les innovations dans le secteur très stratégique de l’agriculture. Il s’agit justement des différents maillons des chaînes de valeur agricoles qui sont visés dans cette étude.

Pour mener à bien cette entreprise assez complexe, le gouvernement de la République a levé l’option d’utiliser une partie des fonds alloués au Projet d’entrepreneuriat des jeunes dans l’agriculture et l’agrobusiness (Pejab) par le FAD. Institué par la loi, le Pejab est la matérialisation d’un accord de prêt conclu entre la RDC et le FAD pour un montant de quarante millions d’unités de compte. Comme son intitulé l’indique, son objectif est de promouvoir la création par les jeunes diplômés de deux mille agro-entreprises intégrées dans les filières agro-pastorales porteuses et pouvant générer jusqu’à dix mille emplois. Ce vaste projet tourne autour de trois axes : l’amélioration de l’environnement de l’entrepreneuriat agricole, le développement des entreprises, la coordination et la gestion du projet. Pour boucler ce chapitre, la date de clôture du Pejab est établie au 31 décembre 2022.

Par rapport à cette étude très attendue dans le cadre de la relance du secteur agricole, l’objectif précis poursuivi est de doter enfin le pays d’une base de données fiables des innovations dans les maillons des chaînes de valeur agricoles, sans oublier l’identification des expériences réussies de répliques de ces innovations à travers le monde. Il serait ainsi non seulement possible de les dupliquer dans les zones du projet mais cet exercice va permettre également de proposer des recommandations spécifiques pour assurer la promotion, l’adaptation le cas échéant, l’accompagnement et l’appropriation de ces innovations par des nouveaux entrepreneurs locaux. Par ailleurs, l’on espère aussi des réponses concrètes de l’étude sur les voies et moyens de disposer de ces innovations et de les rendre opérationnelles à partir des centres d’incubation d’entreprises et des exploitations des agri-preneurs.

La durée de la mission sur le terrain s’étendra sur une période de trente jours, a-t-on appris. Quant au profil du consultant à recruter, l’appel à manifestation publié le 6 mai parle de toute personne capable de produire les informations sur leurs capacités techniques et de prouver une grande expérience dans les domaines de la documentation, des prestations et missions similaires, etc. Les enveloppes scellées devront être déposées au bureau de la coordination du Pejab au plus tard le 20 mai à 15 h.   

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non