Art & culture : le plus ancien dessin au crayon découvert en Afrique du Sud

Jeudi 13 Septembre 2018 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le plus ancien exemple de dessin abstrait, exécuté à l'ocre, a été découvert sur un fragment de roche siliceuse dans des couches archéologiques datées de soixante-treize mille ans avant le présent, dans la grotte de Blombos, en Afrique du Sud. 

La découverte vient d'être publiée dans la revue "Nature" par une équipe  impliquant des chercheurs du laboratoire Pacea (CNRS/Université de Bordeaux/Ministère de la Culture) et du laboratoire Traces (CNRS/Université Toulouse - Jean Jaurès/Ministère de la Culture). Il s'agit d' un fragment qui porte sur une de ses faces un croisillon formé par neuf traits, qui ont été volontairement tracés avec un crayon d'ocre pourvu d'une fine pointe. 
Ce tracé précède d'au moins trente mille ans les plus anciens dessins abstraits et figuratifs connus jusqu'à présent et réalisés avec la même technique. Dans cet article de "Nature", les chercheurs décrivent le plus ancien exemple connu de dessin abstrait réalisé avec un crayon d'ocre. Ce dessin a été identifié sur la surface d'un petit morceau de roche siliceuse, appelée silcrète, lors de l'analyse d'outils en pierre recueillis pendant la fouille de la grotte de Blombos. 
L'objet en question provient d'une couche archéologique datant d'il y a soixante-treize mille 000 ans et porte sur l'une de ses faces un motif composé de neuf fines lignes entrecroisées. S'assurer que ces lignes ont été volontairement tracées par des humains a représenté un défi de taille pour les chercheurs, notamment pour l'équipe française, spécialiste de la question et de l'analyse chimique des pigments. Ils ont d'abord reproduit les traits avec plusieurs techniques : des morceaux d'ocre mais aussi des pinceaux marquant la surface avec un mélange d'eau et de poudre d'ocre. 
Ils ont ensuite comparé leurs productions au dessin original grâce à des techniques d'analyse microscopique, chimique et tribologique. Leurs résultats indiquent que les lignes ont été délibérément tracées avec un crayon d'ocre pointu, sur une surface préalablement lissée par frottement, ce qui fait de ce motif le dessin le plus ancien découvert, précédant d'au moins trente mille ans les plus vieux exemples connus jusqu'alors.
La couche archéologique dans laquelle ce fragment de silcrète a été découvert avait déjà livré de nombreux autres objets à vocation symbolique. Des découvertes qui démontrent que les premiers Homo sapiens de cette région d'Afrique ont utilisé différentes techniques pour produire des signes similaires sur différents supports.

Noël Ndong

Notification: 

Non