Assainissement du microscome politique : Briand Aurélien Miamissa dénonce la loi sur les partis

Lundi 18 Juin 2018 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Exclu désormais du champ politique national suite aux résultats de l’enquête de conformité sur l’existence des partis menée par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, le président de la Jeunesse unie pour la République (JUR), un des partis de l’opposition, a rejeté la décision, le 16 juin à Brazzaville.

Le président de la JUR a estimé que la loi qui statue aujourd’hui sur les formations politiques est erronée, dans la mesure où elle devait légiférer pour l’avenir et non pour le passé. « Ces partis qui sont aujourd’hui écartés par le ministère de l’Intérieur sont des partis qui existaient bien avant que le système ne soit instauré. Mais, qu’à cela ne tienne, nous pensons que le temps est encore au dialogue et qu’on peut s’asseoir et regarder dans quelle mesure on peut parler des partis politiques sur des bases réelles, pratiques, d’éthique et morales », a déclaré le président de ce parti, Briand Aurélien Miamissa.

La décision du gouvernement est, selon lui, fantaisiste et consiste en réalité à mettre de côté les partis qui ont un discours opposé à celui du pouvoir. Il a soutenu que le ministère de l'Intérieur n'a voulu garder que les partis qui font la volonté du pouvoir pour qu’il n’y ait pas demain de vrais débats lorsqu’il s’agira des questions sur l’avenir du pays.

Le président de la JUR a fait observer que des partis qui se sont érigés en véritables clubs d’amis ou de familles ont été reconnus, au détriment des plus anciens qui ont des assises dans le pays. « Cette dérive est un grand danger pour le pays », a-t-il signifié.

Par contre, il déclare être de ceux qui pensent qu’il ne doit pas y avoir de pléthore de partis dans le pays. « Je suis de ceux qui pensent qu’il faut aller vers les grands ensembles mais sur des bases idéologiques, des principes, des pratiques structurales », a-t-il conclu.

 

 

Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

Briand Aurélien Miamissa

Notification: 

Non