Assassinat de Floribert Chebeya : la FBCP recommande la traque de toutes les personnes impliquées

Vendredi 4 Septembre 2020 - 14:02

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ONG appelle la justice militaire à aller au-delà de l’arrestation du major Christian Ngoy Kenga Kenga, qui vient d’être interpellé à Lubumbashi et transféré à Kinshasa, en arrêtant toutes les personnes citées et impliquées dans ce double meurtre des deux défenseurs des droits de l’Homme.

 

Affirmant avoir appris par les médias l’arrestation du principal auteur de l’assassinat de deux défenseurs des droits de l’Homme, Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, le major Christian Ngoy Kenga Kenga, le 3 Septembre 2020, à Lubumbashi et son transfèrement à Kinshasa, la Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCP) pense que cette interpellation constitue une grande avancée dans cette affaire. Mais, l’ONG dit attendre des autorités de la RDC d’interpeller toutes les personnes impliquées dans ce double meurtre. « La FBCP profite de cette occasion pour remercier les services de sécurité, qui ont mis la main sur lui et demande également à la justice militaire de ne pas arrêter que le colonel Ngoy Kenga Kenga mais aussi de procéder sans tarder à l’interpellation et l’arrestation du général John Numbi et tous ceux qui sont impliqués tant sur le plan  politique que militaire dans le double assassinat des défenseurs des droits humains », a souligné cette ONG dans un communiqué signé le 4 septembre par son président, Emmanuel Adu Cole.

Il y a quelques jours, rappelle-t-on, cette association, faisant foi à des enquêtes menées par ses services, a regretté que certaines personnes citées et condamnées dans l’affaire de ce double assassinat de Floribert Chebeya et de Fidèle Bazana, dont les policiers qui ont commis ce meurtre, vivent en liberté à Lubumbashi, dans l’ex-Katanga.

Une vie paisible et en liberté à Lubumbasi

Selon la FBCP, le major Ngoy Kanga Kenga s’était soustrait de la justice militaire, après l’assassinat du défenseur des droits de l’Homme Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana, au début du mois de juin 2010 à Kinshasa. « On le croyait tantôt au Rwanda, tantôt en Tanzanie alors que l’homme n’était qu’à Lubumbashi où il se la coulait douce sous la protection de son mentor, malgré plusieurs témoignages dont celui du journaliste congolais indépendant Timothée Shutsha, basé en Belgique », révèlent des sources proches de cette ONG de défense des droits de l’Homme établie en RDC, notant que cet officier de la police avait fui Kinshasa avec certains de ses hommes cités et condamnés dans cette affaire dont Ngoy Kabata et l'adjudant Jacques Mugabo.

La FBCP indique que le principal assassin de Floribert Chebeya et de Fidèle Bazana a même fait ses études universitaires et les a terminées dans toute quiétude à l’Institut supérieur des études sociales en août 2017.

Ce journaliste auquel plusieurs sources font référence, Timothée Shutsha, a également révélé que les services spéciaux et l’armée étaient au courant de la présence à Lubumbashi de ce fugitif recherché par la justice militaire. Mais, soulignent-elles, personne n’osait broncher, de peur d’être réprimée par son mentor, le général John Numbi, surnommé « empereur Néron » dans les milieux des droits de l’homme

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Photo; le major Christian Ngoy, sa femme et sa fille, lors de sa collation de grade académique, en août 2017/DR.

Notification: 

Non