Assemblée nationale : Jean Goubald Kalala et Chérubin Okende invalidés par la Cour constitutionnelle

Samedi 8 Juin 2019 - 18:20

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les deux députés de l’opposition sont obligés, après examen par la Haute Cour des recours en contestation de leur élection, de céder respectivement leurs sièges à deux membres du Front commun pour le Congo (FCC), Pierre Kangudia Mbayi et Wivine Moleka.

 

Coup dur pour l’opposition parlementaire qui vient de perdre trois de ses députés à l’Assemblée nationale. Il s’agit de Chérubin Okende, Jean Goubald Kalala et de Pablo Godamoto. Les arrêts invalidant leurs élections proclamées par la Commission électorale nationale indépendante ont été rendus le 7 juin par la Cour constitutionnelle. Pour une opposition déjà minoritaire au sein de l‘hémicycle, la perte de ces trois élus du peuple ne fait que renforcer l’emprise du FCC dans un parlement où il est hyper représenté avec plus de trois cents députés.

D’après les arrêts de la Haute Cour consécutifs au règlement des contentieux électoraux des législatives du 30 décembre 2018, Chérubin Okende, récemment nommé porte-parole de la plate-forme politique Lamuka et élu de la circonscription de la Lukunga, devra céder son siège à Wivine Moleka, cadre du FCC.

« Cela prouve encore une fois que la justice est instrumentalisée », a-t-il réagi quelques heures après la publication des arrêts. Le guitariste et chanteur Jean Goubald Kalala, membre de la Dynamique de l’opposition de Martin Fayulu, perd lui aussi son siège au profit d’un autre cadre du FCC, en la personne du ministre du Budget du gouvernement sortant, Pierre Kangudia. A ces deux opposants, il faudrait ajouter un troisième, Pablo Godamoto, élu sur la liste du Mouvement de libération du Congo, dans la circonscription électorale de Bosobolo, invalidé au profit d’un membre de la famille politique de l’ex-chef de l’Etat.

Ces décisions de la Cour constitutionnelle ont été mal digérées dans l’opinion, surtout lorsqu’elles touchent un artiste aussi adulé que Jean Goubald que les électeurs de la circonscription du Mont Amba reconnaissent avoir voté massivement. Pour certaines langues qui se fondent sur les allégations de corruption ayant émaillé le traitement des contentieux électoraux, une main noire serait forcément derrière l’invalidation de ces trois députés de l’opposition.

Un point de vue largement partagé par le coordonnateur de l’Association congolaise pour l’accès à la justice. En effet, pour Georges Kapiamba, il est un secret de polichinelle que la Cour constitutionnelle n’a fait qu’appliquer les injonctions d’une famille politique.

« Nous condamnons fermement ce comportement de la Cour. Nous demandons à la population d’exiger une justice au service du droit. Il faut mettre fin aux combines odieuses de caciques de l’ancien régime », a-t-il martelé, tout en soutenant qu’on ne pouvait s’attendre à mieux d’une Cour essentiellement constituée des membres du pouvoir sortant. Et de déclarer en substance,  assumant ses propos : « Ses membres continuent de se faire influencer par leurs familles politiques qui veulent détruire la présence de l’opposition au parlement, pour ainsi leur permettre d’installer leur hégémonie politique et prendre le contrôle de tous les pouvoirs. Ils sont dans la logique de la confiscation de toutes les libertés politiques ».      

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Jean Goubald Kalala

Notification: 

Non