Assemblée nationale : Jean-Marc Kabund accepte sa déchéance

Mardi 26 Mai 2020 - 16:24

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président par intérim de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) prévient sur le complot ourdi qu’il pense « aller au-delà de sa destitution ».

Le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund, a été destitué de ses fonctions dans la soirée du 25 mai. C’était à l’issue du vote de la motion initiée par le député Jean-Jacques mamba, qui s’est fait au cours d’une plénière mouvementée.

Dans les premières réactions après sa déchéance, le président par intérim de l’UDPS a parlé d’un complot du Front commun pour le Congo (FCC), la plate-forme politique dirigée par Joseph Kabila avec laquelle son regroupement politique, le Cap pour le changement, est en coalition. Mais également le désormais vice-président de l’Assemblée nationale se convainc avoir quitté le bureau de la chambre basse du Parlement la tête haute. « C’est sans surprise pour moi. Ce passage en force du FCC est la preuve que le complot était ourdi et va au-delà de ma destitution. En vrai Tshisekediste, je quitte la tête haute et sans compromission. Fier d’avoir défendu notre idéal de combat pour le pouvoir et le président », a-t-il déclaré. On rappelle que la chambre basse du Parlement, sous la direction de Jeanine Mabunda, a examiné, le lundi 25 mai, cette pétition initié par Jean-Jacques Mamba, exigeant la destitution de Jean-Marc Kabund a Kabund du poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale. Alors qu’un député patenté UDPS a voulu bloquer la procédure en initiant une motion de procédure. L’élu de la Lukunga, le Pr Tony Mwaba, avait sollicité le renvoi de la pétition à la commission PAJ pour examen des irrégularités dénoncées. La plénière, qui a enregistré plusieurs autres interventions allant dans le sens de soutenir la pétition de Jean-Jacques Mamba, a finalement voté contre la motion du député UDPS, tout en décidant de l’éviction de Kabund du bureau de la chambre basse du Parlement.

L’escalade verbale a conduit les députés à en venir aux mains. Plusieurs mobiliers seraient cassés. Mais cela n’avait pas empêché la présidente de cette institution et la présidente de céans, Jeannine Mabunda, à continuer la séance à l’issue de laquelle la majorité d’élus a voté pour l’éviction de Jean-Marc Kabund, quand bien même que ces incidents avaient provoqué la suspension de la séance pendant un temps. Sur les trois cent quinze députés votants, deux cent quatre-vingt neuf  ont voté pour, dix-sept contre, et neuf abstentions. Il est également indiqué que les députés UDPS avaient quitté la salle avant le vote, juste après les incidents décriés.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Jean-Marc Kabund/DR

Notification: 

Non