Boeing : des défauts de conception du 737 MaX révélés

Jeudi 17 Septembre 2020 - 13:55

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La compagnie aérienne Boeing a « caché des défauts de conception » dans son jet 737 Max, conduisant aux deux crash mortels qui ont fait 346 morts.

L’information provient d’un récent rapport, issu de 18 mois d'enquêtes du Congrès américain, qui pointe du doigt des « défaillances graves et répétées » de la part de Boeing et des organismes de réglementation de la sécurité aérienne.

Les deux crash d’avions (d'un vol Lion Air, en Indonésie, en 2018, et du vol 302 d'Ethiopian Airlines en 2019), ont été ainsi le « terrible point culminant » d'erreurs d'ingénierie, de gestion et de surveillance, qui ont permis à l’avionneur de cacher des défauts de conception.

Boeing a estimé le coût total des deux crashs mortels de ses 737 Max, à près de 19 milliards de dollars. La compagnie a, par ailleurs, subi sa première perte annuelle en plus de deux décennies.

De plus, le géant américain, frappé de plein fouet par la Covid-19, se prépare à licencier 10% de ses employés (16 000 personnes).

Répondre aux exigences

Un audit interne a révélé que deux faisceaux de câbles étaient trop proches l’un de l’autre, posant un nouveau problème sécuritaire sur le bimoteur.

Le logiciel anti-décrochage du Boeing 737 Max n’était pas le seul problème de l’appareil, a indiqué un audit interne révélé par le New York Times. L’étude a été menée par le constructeur américain durant le mois de décembre à la demande de la Federal aviation administration (FAA). Elle a révélé un nouveau défaut dans la construction de l’ex-avion star de Boeing : deux faisceaux de câbles, qui permettent de contrôler la queue de l’appareil, sont trop proches l’un de l’autre. Problème : cette malfaçon peut provoquer un court-circuit et entraîner le crash de l’avion si le pilote ne réagit pas correctement.

Ces révélations interviennent alors que Boeing cherche à faire revoler son bimoteur, cloué au sol depuis le mois de mars 2019, après avoir été mis en cause dans les drames de Lion Air et Ethiopian Airlines.

Boeing, qui doit encore approfondir ses recherches, doit désormais déterminer si la menace de crash est réelle. Si tel est le cas, plus de 800 bimoteurs devront être modifiés. Des ajustements relativement simples, tente de rassurer le constructeur.

Celui qui est désormais le numéro 2 de l’aviation mondiale, derrière Airbus, a, en effet, dû suspendre la production du 737 Max, alors que la crise du bimoteur plombe ses comptes. Pire, Boeing pourrait également devoir vérifier ses 737 NG, le modèle précédent le Max, pour déterminer si l’avion souffre du même problème. 6 800 exemplaires de cet appareil sont actuellement en service.

« Il serait prématuré de spéculer sur la question de savoir si cette analyse entraînera des modifications de conception », a indiqué Gordon Johndroe, le porte-parole de Boeing, dans un communiqué. « Notre priorité absolue est de garantir que le 737 Max répond à toutes les exigences réglementaires et de sécurité avant sa remise en service », a-t-il précisé.

Boeing est régulièrement accusé d’avoir privilégié, ces dernières années, la rentabilité à la sécurité de ses avions. Son patron, Dennis Muilenburg, a été démis de ses fonctions en décembre dernier.

Josiane Mambou Loukoula

Notification: 

Non