C1: le Bayern atomise Barcelone et affirme son statut de favori

Samedi 15 Août 2020 - 11:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En surclassant mercredi 8-2 le FC Barcelone de Lionel Messi en quart de finale de Ligue des champions, le Bayern de Munich a délivré une nouvelle leçon de football, s'affirmant comme l'équipe à battre dans la compétition européenne.

Attendu comme une "finale avant l'heure" entre deux monuments du football européen, le classique contre le Barça a tourné à la démonstration à tous points de vue: les Bavarois s'affichent ainsi comme les grands favoris de la compétitions, alors que les Catalans semblent plus que jamais en fin de cycle.

Trop fort, trop rapide, trop puissant. A l'image de l'inusable Thomas Müller, fer de lance du rouleau-compresseur bavarois avec un doublé (4e et 31e), le Bayern a encore une fois fait étalage de sa force de frappe inégalable depuis la reprise des compétitions. 

Collectivement, il n'y avait pas match entre le Bayern, qui sublime ainsi ses individualités, et le Barça, qui se raccroche depuis trop d'années au seul Messi. L'Argentin a bien touché le poteau sur un centre-tir à la 11e, mais malgré tout son talent, il ne parvient plus à être l'arbre qui cache la forêt: l'effectif du Barça n'est pas à la hauteur de son rang, entre les cadres vieillissants (Busquets, Piqué et Suarez) et les éléments décevants (Vidal, Alba, Semedo, Lenglet, Ter Stegen). Quant à Griezmann, dont l'intégration n'a pas été acceptée par Messi, il met en exergue l'absence totale de cohérence dans les choix sportifs du club blaugrana ces dernières années.

Le doublé de Coutinho, prêté par le Barça au Bayern, symbolise d'ailleurs cruellement les errances du club espagnol. Alors que son sort était déjà scellé avant la rencontre, le malheureux Quique Setien ne devra pas être le seul fusible de ce naufrage collectif. Le costume a toujours été trop grand pour l'ancien entraîneur du Betis, qui n'aurait jamais dû arriver sur le banc du Barça.

La réaction lucide de Gerard Piqué après la rencontre laisse augurer de profonds changements dans les prochaines semaines : « Tout le monde a besoin de réfléchir. Le club a besoin de changements et je ne parle ni du coach ni des joueurs, je ne veux désigner personne. Je pense que le club a besoin de changements de toutes sortes. Personne n'est essentiel. Je suis le premier à me proposer de partir, de partir, car je crois que maintenant nous avons touché le fond. Je pense que nous devons tous regarder et réfléchir en interne ce qui est le mieux pour le club, pour le Barça, c'est important ». Jusqu’à envisager le départ de Lionel Messi ? Rien ne semble impossible après ce séisme sans précédent.

Mauvaise année, en tous cas, pour le football espagnol qui, pour la première fois depuis la saison 2007, n’envoie aucun représentant dans le dernier carré de la Ligue des champions. A l’inverse, les trois demi-finalistes déjà qualifiés, en attendant le City-Lyon de ce soir, sont entraînés par des techniciens allemands (Tüchel au PSG, Nagelsmann à Leipzig et Flick au Bayern). L’un deux succédera-t-il à Jürgen Klopp, sacré la saison dernière avec Liverpool ? Réponse dans une semaine, au plus tard…

Camille Delourme

Légendes et crédits photo : 

Prêté par le Barça au Bayern, le Brésilien Coutinho a inscrit un doublé à Ter Stegen donnant des airs des débâcle au revers catalan (Manu Fernandez / POOL / AFP) La solitude de Lionel Messi, au coup de sifflet final du naufrage du Barça face au Bayern, vendredi soir à Lisbonne (Manu Fernandez / POOL / AFP)

Notification: 

Non