Centrafrique : le contexte sociopolitique du pays préoccupe les évêques

Mardi 14 Janvier 2020 - 14:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A l’issue de leur réunion tenue du 6 au 12 janvier à Bangui, les prélats de l’Eglise catholique centrafricaine ont adressé un message aux autorités du pays et à la communauté internationale. Ce message est axé principalement sur l’actualité sécuritaire et politique du pays.

Face aux événements douloureux que le peuple centrafricain continue de subir malgré la signature de l’accord de paix du 6 février 2019, les évêques ne sont pas restés indifférents. Dans leur message, les pères de l'Église se sont adressés notamment à la jeunesse, au gouvernement et aux politiciens, aux groupes armés ou encore à la communauté internationale. Ils ont évoqué également les prochaines élections de décembre.

La session ordinaire a permis aux autorités religieuses de dénoncer les exactions des groupes armés sur la population civile, et se demandent « à qui profite le business de la guerre .». Ils appellent l’ensemble des acteurs à discuter mieux pour trouver des solutions au conflit. « L’avenir de ce pays ne se situe pas au bout du canon », assurent-ils. Les autorités religieuses rappellent aussi que des engagements ont été pris pour la justice, en insistant sur l’impunité et la tolérance zéro. Pour ce faire, ils se sont questionnés sur « l’effectivité de la Cour pénale spéciale ou encore de la commission Vérité, Justice, Réconciliation et Réparation (CVJRR) en vue d’une réconciliation durable.» Les difficultés que font face quotidiennement les populations, notamment « le manque cruel d’infrastructures dans le secteur de l’éducation et de la santé sont, entre autres, les préoccupations évoquées par ces autorités religieuses. Elles  ont exhorté à «la bonne gouvernance » et à « une gestion saine des ressources naturelles au profit de la population ». Enfin, les évêques ont réclamé « l’organisation des élections libres et transparentes dans le cadre constitutionnel ». Ils encouragent les citoyens à aller voter en luttant « contre le favoritisme, le tribalisme, l’intolérance entre les groupes ethniques et politiques, la corruption et l’esprit de manipulation politicienne».

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non