Centrafrique : le second tour des législatives reporté au lendemain de l’investiture du nouveau président

Vendredi 25 Mars 2016 - 18:46

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La prestation de serment du nouveau président Faustin Archange Touadera aura lieu le 30 mars prochain à Bangui. Officiellement, le report du second  tour des législatives au 31 mars, selon l’autorité nationale des élections, vise à permettre la bonne organisation et la sérénité du scrutin.   

La présidente de l’ANE en charge du scrutin, Marie Madeleine Hoornaert Koué, a expliqué lors d’une conférence de presse que, « le retard accusé par la Cour constitutionnelle pour la proclamation des résultats du premier tour du scrutin législatif a eu un impact négatif sur la date de l'organisation du second tour ». La date du 27 mars initialement prévue pour les élections législatives, n’était pas tenable « par exemple pour acheminer les matériels électoraux lourds dans tous les coins de la République », a-t-elle justifié.

À l’issue du premier tour des législatives, le 14 février dernier, la Cour constitutionnelle centrafricaine a validé l'élection de 45 candidats, et autorisé la reprise du second tour des législatives dans 85 circonscriptions électorales, après avoir annulé le vote dans 10 circonscriptions. La nouvelle Assemblée nationale centrafricaine devra compter 140 députés. Le scrutin du 31 mars ne concerne pas les circonscriptions annulées qui feront l'objet des partielles organisées ultérieurement. La validation d’une nouvelle date reste toutefois suspendue à une dérogation de la Cour constitutionnelle.

S’exprimant sur le sujet, le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun avait déclaré le 23 mars que les urnes avaient été acheminées tardivement « à cause des problèmes d'avion et de frêt ». Rassurant qu’« il faut utiliser du matériel sophistiqué pour éviter la fraude. Le report est nécessaire si on veut avoir des bons résultats », avait-il déclaré, expliquant que certains assesseurs devaient encore être formés à utiliser ce matériel, rapporte le site TV5 monde. Le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, partage le même optimiste. « Je ne dirais pas qu'il s'agit d'un revers pour le processus de transition », a-t-il estimé.

 

Fiacre Kombo

Notification: 

Non