Centrale électrique de Djeno : les ex-agents sollicitent l'implication des autorités pour son fonctionnement

Mardi 11 Février 2020 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A la suite de l’arrêt inopiné de la Centrale électrique de Djeno décidé de façon unilatérale par Enama Mengong, directeur général de Power Kouilou, gestionnaire de ladite centrale depuis 2018,  les ex-travailleurs de cette structure demandent aux autorités compétentes de sauver la centrale qui risque selon eux de tomber dans les oubliettes.

En juillet 2013, le gouvernement de la République avait décidé en conseil des ministres la dissolution de la Société congolaise de production de l’électricité, gestionnaire naguère de la Centrale électrique de Djeno (CED), et de son rattachement à la Centrale électrique du Congo (CEC). Cette décision a abouti à la signature, le 6 novembre 2015, du contrat de délégation de gestion des équipements de la CED à la CEC.  Puis, en août 2018 a été signé le contrat de délégation des équipements de la CED à  Kouilou Power SA. Par décret n° 2018-308 du 9 août 2018, la gestion déléguée de la CED a été confiée à la société Kouilou Power SA  avec pour mission de maintenir en fonctionnement tous les équipements et les installations. 

Seulement, Enama Mekong, directeur général de Kouilou Power SA, a foulé aux pieds cette recommandation en traitant avec mépris AEE Power, l’actionnaire majoritaire, les travailleurs et surtout en brillant par une négligence notoire qui a eu des incidences sur les équipements non entretenus qui se désaffectent progressivement.

Ainsi, contre toute attente, le directeur général de Kouilou Power SA  décide de façon inopinée l’arrêt de toute activité à la CED malgré la mise en garde des travailleurs sur les conséquences incalculables qui en découleraient. Les travailleurs,  depuis l’arrêt des turbines en décembre 2013, ont maintenu sous tension les équipements auxiliaires. Ce qui a permis  leur transfert en état normal d’exploitation à Kouilou Power en août 2018 en attendant la réhabilitation des turbines conformément aux recommandations des fabricants.

Aussi, pour éviter la détérioration des équipements par l’humidité,  de nombreux autres équipements ont-ils  été toujours alimentés de façon permanente jusqu’au 12 août 2018. C’est le cas de deux transformateurs de 220 KV, des  cinq transformateurs moyenne tension, sectionneurs et disjoncteurs MT et THT,  des jeux de barre, des armoires électriques, des pompes d’huile de lubrification, des turbines, des moteurs électriques, des armoires électriques des UPS (plus de six cents batteries) des génératrices des deux turbines, des résistances de chauffage des cartes électroniques, etc.

Signalons que l’arrêt brutale de l’alimentation électrique de la CED a entraîné l’arrêt du forage d’eau, l’indisponibilité du système de sécurité anti-incendie du site, le risque d’incendie et d’explosion dû à l’absence d’eau au niveau de la torchère du gaz, le non-fonctionnement des détecteurs de gaz et de feu au niveau de la station de réception du gaz , la corrosion des équipements due à l’humidité. Les ex-travailleurs de la CED ne comprennent pas le mutisme du gouvernement face à cette situation qui risque d’occasionner d’énormes dépenses pour la remettre en l’état. C'est ainsi qu'ils appellent les autorités locales à s'occuper de cette situation en demandant à Kouilou Power de faire redémarrer cette Centrale.

 

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

Une vue de la Centrale électrique de Djeno crédit photo"DR"

Notification: 

Non