Cercle d'études scientifiques Rayer: la présidente du groupe africain de l’Unesco récompensée

Jeudi 28 Novembre 2019 - 17:10

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Rachel Annick Ogoula Akiko, ambassadeur de la délégation permanente du Gabon et présidente du groupe africain au sein de l'institution onusienne, a été élevée au statut honorifique de présidente d’honneur du Cercle d’études scientifiques Rayer (CESR), pour services rendus au continent mais également pour sa contribution à la diffusion de la connaissance auprès de l’humanité.

La distinguée a été élevée lors de la dernière assemblée générale du CESR. Devenue présidente d’honneur, elle intégrera le comité de pilotage qui a pour mission principale de faire entrer l’élément de la découverte au patrimoine immatériel de l’humanité de l’Unesco.

En effet, les découvertes de Thierry Rayer s’appuient sur l’utilisation des procédés mathématiques universels tels que Thalès, Pythagore, le nombre d’or, la suite de Fibonacci, et les sciences permettant de rassembler toutes les grandes réalisations de l’humanité ainsi que d’offrir une clef de lecture de l’art et de l’architecture en général, depuis l’antiquité jusqu’à la période moderne. Ces découvertes démontrent que l’origine culturelle commune à l’humanité est africaine.

A propos de l’élément, Rachel Annick Ogoula Akiko, épouse Obiang Meyo, a récemment déclaré que c’est l’étude du chercheur Thierry Rayer, sur les masques, qui l’a mené à la découverte de la méthodologie lui yant permis cette découverte. Il est donc tout à fait pertinent de parler ici de transversalité de la culture si chère à leur organisation. D’où, elle a invité Thierry Rayer à associer les chercheurs africains à ses travaux, afin de rendre cette universalité plus parlante pour s’enrichir mutuellement.

Au cours de la conférence générale de l’Unesco, Thierry Rayer et Rachel Annick Ogoula Akiko ont eu l’occasion de s’entretenir et la nouvelle présidente d’honneur a rappelé que l’entrée de l’élément de la découverte au patrimoine immatériel de l’humanité est primordiale et le Gabon doit en être l’Etat soumissionnaire, que les pays africains doivent collaborer ainsi que toute l’humanité. Car cette découverte les concerne tous. Il est désormais indispensable de diffuser la connaissance et la méthodologie aux prochaines générations, dans une idée de préservation et de protection des clefs décryptant l’art et l’architecture.

Notons que le premier comité de pilotage du CESR aura lieu, le 16 décembre, à l’Unesco.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo : le président Thierry Rayer et l’ambassadeur Rachel Annick Ogoula Akiko

Notification: 

Non