Cinéma : le film « Attente » dévoilé au grand public

Samedi 29 Février 2020 - 16:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Ecrit et réalisé par Divana Cate Radiamick, le film « Attente » a été projeté en avant-première le 27 février à Brazzaville. L’histoire s’articule autour de quatre personnages aux destins différents qui comptent pendant longtemps sur des rêves qui ne se réaliseront peut-être jamais.

 « Est-ce parce que le film se titrait "Attente" qu’il a fallu patienter plus de trois heures avant la projection du film ? », se sont interrogés bon nombre de spectateurs venus pour la circonstance. Il faut l’avouer, l’attente était devenue insupportable pour certains qui ont dû quitter la salle bien avant la diffusion ou la fin de la projection du film. Que ce soit un coup du destin ou une faute professionnelle, c’est finalement avec beaucoup de suspens que s’est faite la découverte du film « Attente ».

Long-métrage de plus d’une heure et demie, le film est une autobiographie, de son auteure. Le scénario s’ouvre principalement sur l’histoire de Sandra (Aude May), en couple avec un jeune garçon qui s’envolera vers une autre patrie, dans l’espoir d’une vie meilleure. Lors des adieux, les deux tourtereaux se promettent fidélité jusqu’à leurs retrouvailles. Une vérité gravée en Sandra, qui l’empêchera à accepter toute proposition de mariage, au grand dam de ses parents.

Fatigués de la convaincre, les parents lui mettent à la porte pour ne plus connaître la honte dans leur entourage. En s’en allant, Sandra était persuadée d’avoir raison dans cette affaire. Malheureusement, non. Elle a finalement attendu pour rien puisque son cher amant, Patrick (Dinel de Souza), l’avouera des années plus tard être passé à autre chose. Quel choc !

A côté de Sandra, se greffent trois autres personnages (incarnés par Herman Kimpo, Aldelbert Matondo et Louis Moumbounou) qui attendent respectivement un boulot satisfaisant, un héritage improbable pour un avenir aisé et une mort rapide pour se soulager des fautes du passé. A travers ce film, il est mis à nu la tragédie existentielle de certaines personnes à qui l’attente à jouer un sale coup.

Au terme de la projection, Divana Cate Radiamick, réalisatrice du film, a remercié le public d’avoir attendu aussi longtemps et d’être resté jusqu’à la fin. Pour elle, ce qu’il faut retenir de ce long-métrage c’est qu’attendre c’est bien, mais attendre quelque chose qui finalement ne vient pas peut être destructeur, tant mentalement que physiquement.

Malgré quelques problèmes techniques donnant lieu à des avis partagés, « Attente » a été vivement apprécié par le public. « Ce film est mon premier long-métrage. Contente qu’il plaise autant et merci pour toutes les remarques et suggestions qui m’aideront à finaliser cette œuvre », a indiqué la réalisatrice. « Ce film est une réussite et son histoire très instructive. La diversité linguistique (français, lingala, lari) y est, les images sont très belles, la mise en scène bien réfléchie et le jeu d’acteurs bien maîtrisé », a déclaré Lucien Betsaleel.

D’après les propos de Malolo Matouala, évoluant dans le secteur du cinéma, Brazzaville a été mis en avant grâce à de belles prises de vue. « On distingue les taxis verts, on reconnaît des lieux et des monuments de notre pays. Comme l’avait souligné le directeur de la cinématographie, Claver Lembouka, avant la projection, l’un des rôles du cinéma, c’est aussi de vendre la destination touristique », a-t-il poursuivi.

Notons que la sortie officielle du film est prévue pour fin mars. A cet effet, Claver Lembouka a émis le souhait de voir les médias audiovisuels congolais soutenir le cinéma local. « Notre désir c’est aussi que la population consomme son cinéma autant qu’elle consomme sa littérature, sa musique, sa gastronomie...», a-t-il dit.  

Merveille Atipo

Légendes et crédits photo : 

1- Un cliché du film/Adiac, 2- Photo de famille des acteurs et de la réalisatrice du film/Adiac

Notification: 

Non