Cinéma: le film "La pirogue", une leçon de bon sens

Jeudi 12 Septembre 2019 - 22:13

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’Institut français du Congo (IFC) a projeté sur grand écran, le 10 septembre à Brazzaville, le long-métrage de Moussa Touré, qui aborde des thématiques assez poignantes des sociétés modernes telles que la diversité culturelle, l’immigration clandestine, la pauvreté, le destin, etc.

Les spectateurs arrivent et remplissent la salle André Gide de l’IFC, petit à petit. Disposition technique en place, les lumières éteintes, le film démarre en toute douceur.

Un village de pêcheurs dans la grande banlieue de Dakar, au Sénégal, d’où partent de nombreuses pirogues, se vide de plus en plus. Au terme d’une traversée souvent meurtrière, les pirogues naviguent sur l’océan Atlantique et vont rejoindre les îles Canaries en territoire espagnol.

Malgré l’écho de ces voyages périlleux, certains Sénégalais en quête du paradis et décidés à rompre avec la misère tentent de réaliser la même aventure. Ils viennent des communautés différentes, ne parlent pas la même langue. Les uns portant des tenues traditionnelles, d’autres en accoutrement occidental. Et parmi eux, certains découvrent la mer. Mais, ils nourrissent tous l’espoir d’une vie meilleure en Europe.

Baye Laye connaît la mer et il est capitaine d’une pirogue de pêche. Sollicité pour un voyage, il ne veut pas partir mais il n’a pas le choix. Il devra conduire trente hommes en Espagne. Tout roule à merveille jusqu’à ce que souffle une tempête que personne n’attendait et surtout ne redoutait.

Sorti en 2012, "La pirogue" est un film où se mêlent rire et apprentissage. Les scènes sont bien réfléchies et les rôles bien interprétés. Il a déjà été meilleur film francophone aux Prix lumières 2013 ; Etalon de bronze2 et Prix de l'Uémoa au Fespaco 2013 ; trophées francophones du cinéma 2013 …

Les spectateurs ont été scotchés du début à la fin de ce film d’une durée d’environ 1h 27 mn. « C’est un film très instructif. Au lieu de toujours rêver l’occident, au risque et péril de nos vies, commençons par bâtir notre paradis sur notre propre terre », en pense Alexandra, une jeune élève brazzavilloise en classe de 1ère scientifique.

Notons que "La pirogue" de Moussa Touré promeut la richesse des langues en mélangeant le français, le wolof et d’autres dialectes sénégalais. C’est ainsi que sa projection entre dans le cadre de la célébration de la Journée européenne des langues, le 26 septembre.

Jessica Atipo

Légendes et crédits photo : 

Une scène du film

Notification: 

Non