Comédie : TuSeo 2019 a tenu sa promesse

Jeudi 31 Octobre 2019 - 15:26

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le rendez-vous international du rire de Brazzaville a fermé ses portes, le week-end dernier, à l’Institut français du Congo (IFC), laissant le public sur sa soif.

L'édition 2019 du festival TuSéo a connu la participation des humoristes venus de France, de Mauritanie (pour la première fois) et des deux Congo. Ceux de Guinée, du Bénin et du Cameroun n’ont pas pu faire le déplacement de Brazzaville. 

La cérémonie de clôture a été marquée par de brèves allocutions dont celle de la directrice déléguée de l’IFC, Marie Audigier, qui a remercié toute l’équipe de cet événement ainsi que celle de l’IFC, sans oublier les humoristes pour la qualité de leurs talents et le public venu nombreux. 

La promotrice du festival, Lauryathe Bikouta, quant à elle, a exprimé tout à la fois sa joie et sa tristesse . « C’est toujours heureux d’être devant vous, c’est également triste de pouvoir vous laisser. C’est cela la vie aussi. Je vous donne rendez-vous pour l’année prochaine », a-t-elle promis.

Le conseiller de coopération et d'action culturelle et directeur des IFC de Brazzaville et Pointe-Noire, Michel Pré, a indiqué que cela fait quatorze ans que cette institution culturelle accompagne le festival TuSeo, preuve de son soutien à tous les artistes du Congo. « On essaie de vous soutenir dans cette possibilité d’expression pour pouvoir découvrir les talents qui éclorent. Merci à tout ce que vous faites, merci à l’ambiance que vous avez créée au sein de l’institut. On vous attend pour l’an prochain », a déclaré Michel Pré.

Le rire de la fin

 Le spectacle du rire a débuté après les différentes allocutions, avec le Congolais Béranger Loundou qui a plongé le public dans le verlan (français retourné), jouant le rôle du pasteur avec sa Bible. S’en est suivie la comédie du groupe « Les pétroliers » de Pointe-Noire, notamment Rico et Coco, qui ont joué une comédie portant sur l’infidélité de Rico. M. Rico s’est retrouvé avec des objets prouvant son infidélité, à l’instar de la télécommande de l’hôtel, la capote, le string. Quand il se sauve à la fin, il dit « heureusement je suis Messie, je drible bien ». Le public a aussi salué la prestation du Congolais Kimana Formidable, du Togolais Valentin Vieyra, alors qu’Elohim et Malika, deux enfants de moins de 6 ans, ont fait exploser l'applaudimètre de la soirée.

Les invités spéciaux de cette édition, Kaba Ndudi « Kabass »  et Germaine Ololo de Pointe-Noire, ont fait leur entrée par une comédie largement demandée par le public. Il s’est agi de "Bakala mindondo" dénommé" par certains « Mou Sénégalais ». Un homme soulard qui, après avoir pris autant de bouteilles d’alcool, a cherché, par tous les moyens, à créer des histoires à sa femme pour la taper. La comédie a cédé la place à la seconde avec le titre "Caniche", où il est questiion de la relation difficile entre l’employé et l’employeur. Une scène de vie éducative dans laquelle, Kaba Ndudi « Kabass » invite l’État à revoir certains textes devenus caducs.

Deux jours auparavant, les spectateurs ont été égayés par les prestations de Yann Mounouata du Congo Brazzaville. Ce comédien dit que si le pasteur aime la Bible, lui aime l’humour et le gynécologue la rondeur. « J’aime l’humour parce que l’humour m’a donné l’entreprise. Ma femme prépare les beignets devant la parcelle grâce à l’humour » , a-t-il laissé entendre, non sans susciter le rire du public. Pathé Camara de la Mauritanie a transporté le public dans son pays avec beaucoup de tacts. Le changement des maillots se fait dans presque tous les domaines sportifs, mais pas à la natation. Comment vont-ils les échanger ?, a-t-il posé la question.

Le Français Tristan Lucas a fait le tour d’horizon des espaces de loisirs de Brazzaville sud, notamment Les Rapides et autres. Il a commencé par signifier au public que s’il a mis des bretelles, ce n’est pas parce qu’il est sapeur, mais c’est tout simplement parce qu’il n’a pas de fesses. « Je sais que ça vous étonne de voir un blanc qui ne vient pas pour le pétrole, mais pour l’humour», a-t-il lâché, accrochant le public.    

Stéphanie Bluetooth du Congo Brazzaville, pour sa part, a fait son entrée sexy par un défilé de mode. Sa comédie a porté sur les filles grosses et les minces. Elle a déclaré au public que si les hommes aiment l’argent, les femmes le vénèrent. Moise Tchafin Bangoura de la Guinée Conakry a aussi épaté le public par son humour.

Naz’R et Djaust Pounga du Congo ainsi que Commandant Ngi de la République démocratique du Congo ont été à l’honneur le premier jour.

Animé du bout en bout par le Français Julien De Ruyck, ce festival n’a pas été que de la comédie. La musique a été également au rendez-vous avec des artistes comme Achille Mouebo de Pointe-Noire, Amy Flore de Brazzaville… ainsi que le brio spectacle animé par le barman jungler Sauvy Show Faire Congo.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Germaine Ololo et Kaba Ndudi Kabass Photo 2 : Moise Tchafin Bangoura de la Guinée Conakry Photo 3 : Les comédiens posant avec les officiels à l'issue du festival

Notification: 

Non