Comité national du dialogue social : les acteurs recommandent la relance rapide de l’économie nationale

Samedi 13 Juin 2020 - 12:51

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Réunis en session spéciale le 11 juin à Brazzaville sous la direction du Premier ministre, Clément Mouamba, les membres de cette institution ont formulé plusieurs recommandations parmi lesquelles le renforcement des mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 afin de pouvoir relancer rapidement l’économie nationale.

Les participants ont également recommandé la mise en œuvre effective et intégrale des mesures d’accompagnement des entreprises contenues dans la loi des finances rectificative ainsi que la circulaire du 16 avril 2020 du ministre des Finances et du Budget. Ils ont aussi suggéré l’opérationnalisation de la bourse de sous-traitance et de partenariat avec les entreprises du Fonds d’impulsion de garantie et d’accompagnement des petites et moyennes entreprises (PME) et de l’artisanat ; la mise en place d’une réglementation à titre exceptionnel pour les nouvelles formes d’organisation du travail apparues pendant la crise sanitaire.

A cela s’ajoutent la mise en place d’une réglementation à titre exceptionnel pour régir les différents cas de chômage technique enregistré dans les entreprises ; la convocation d’une session spéciale de la Commission nationale consultative du travail dans les prochains jours aux fins d’adoption de nouvelles mesures réglementaires sus-énoncées.

Les autres recommandations concernent le renforcement des enquêtes économiques et sociales qui devraient s’effectuer sur une base permanente ainsi que la poursuite de la concertation avec les partenaires sociaux dans la recherche de solutions aux différents problèmes nés de la crise sanitaire de la Covid-19. Pour la mise en œuvre des différentes recommandations issues de cette session spéciale, un comité ad hoc tripartite de dix-huit membres a été mis en place.

Les organismes de sécurité sociale également affectés

Regroupant les représentants de l’administration publique, des organisations professionnelles d’employeurs et des syndicats des travailleurs, cette rencontre a, en effet, été consacrée à l’examen de la situation économique et sociale engendrée par la crise sanitaire de Covid-19. Une occasion pour le gouvernement d’édifier les partenaires sociaux sur les conséquences de la crise sanitaire actuelle sur l’économie, en général, et en particulier sur les entreprises des secteurs formel et informel sur l’organisation du travail et les relations contractuelles, et les cotisations sociales.

« Le gouvernement a dépeint un tableau de l’économie nationale caractérisée par une forte récession de l’ordre de moins 9% due à la fermeture des entreprises directement touchées par la crise sanitaire de la Covid-19 ; la baisse d’activités partant du chiffre d’affaires des entreprises et la chute des recettes budgétaires de l’Etat. Cette situation a généré des pertes d’emplois, des mises en chômage technique massif et l’apparition des nouvelles formes d’organisation du travail (télé travail, chômage partiel) », ont-ils mentionné dans le communiqué final.

Le gouvernement a, par ailleurs, présenté les différentes mesures de soutien aux entreprises et à l’emploi déjà prises et à prendre aux plans économique, fiscal, douanier et financier. « Des échanges fructueux ont fait suite à la communication gouvernementale, portant essentiellement sur les inquiétudes des entreprises dues à l’absence des ressources pour rebondir et les préoccupations des syndicats des travailleurs en lien avec les mesures sociales prises par les employeurs en dehors des procédures légales et réglementaires. Des préoccupations d’ordre général liées à la gestion globale de la crise sanitaire et à l’assistance promise aux personnes les plus vulnérables ont également été abordées », souligne le communiqué.

Présidant les travaux, le chef du gouvernement, Clément Mouamba, a rappelé que la tenue de cette session était l’une des exigences du Bureau international du travail. En effet, cette institution recommandait l’implication des organisations des travailleurs et des organisations patronales dans les réponses à apporter aux répercussions de la crise mondiale engendrée par la Covid-19 sur les entreprises.

« Cette session spéciale a bel et bien tenu toutes ses promesses. Ces résultats constituent, j’en suis convaincu, une belle victoire d’étape dans la lutte pour l’éradication de la pandémie du coronavirus dans notre pays », s’est félicité le président du Comité national du dialogue social.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Le Premier ministre entouré du préfet de Brazzaville et du vice-Premier ministre ; les participants à la session spéciale/Flavien

Notification: 

Non