Commémoration de l’armistice: le cent-unième anniversaire de la guerre 1914-1918 célébré à Brazzaville

Lundi 11 Novembre 2019 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’événement a donné lieu, le 11 novembre dans la capitale congolaise, au dépôt de gerbes de fleurs devant le monument des morts, au cimetière du centre-ville.

Le geste a été accompli par le ministre de la Défense nationale, Charles Richard Mondjo; l'ambassadeur de France au Congo, François Barateau; et d’Allemagne, Klaus Peter Schick. La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités ainsi que du haut commandement militaire et des invités.

Au cours de cet hommage, devenu une tradition chaque année, un message de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, a été lu. Message qui, pour l’essentiel, a ouvert une nouvelle page de la nation qui s’est souvenue de ceux qui se sont battus pour elle entre 1914 et 1918, a-t-elle signifié, soulignant que la nation n’a pas oublié ses enfants tombés au champ d’honneur sur tous les fronts, notamment d’Orient et d’Occident. Elle n’oublie pas non plus, a-t-elle renchéri, le sang versé des soldats venus d’Afrique, d’Asie, du Pacifique, d’Amérique, etc.

Interrogé par la presse à l’issue de la cérémonie, le ministre Charles Richard Mondjo a déclaré : « C’est un moment important pour l’humanité. Plus jamais ça ; la paix c’est le développement ; la paix c’est la fraternité ».

« La commémoration ensemble traduit là une vraie fraternité d’armes ; une vraie amitié ; une vraie solidarité, mais surtout pour éviter que la guerre recommence un jour », a indiqué l’ambassadeur de France au Congo.

Pour l’ambassadeur d’Allemagne, il s’agit là d’un vrai miracle du vingtième siècle. « Aujourd’hui on est là comme partenaires ; comme amis. Un grand merci ; que le partenariat et l’amitié persistent pour toujours », a-t-il souhaité.

La cérémonie s’est achevée par un cocktail offert par l’ambassadeur de France au Congo, à la Case de Gaulle.

Guillaume Ondzé

Notification: 

Non