Commerce des livres : les librairies de la rue comblent les attentes des parents d’élèves

Lundi 20 Janvier 2020 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La vente des ouvrages à même le sol dans les rues de la ville océane mécontente les libraires formels à cause du manque à gagner qu’elle leur occasionne.

Des parents et élèves affluent chez les bouquinistes pour acheter des manuels scolaires qui sont vendus à des prix abordables par rapport à ceux des librairies formelles. « Je préfère faire la ronde des librairies de la rue puisque les prix des manuels peuvent être débattus, alors que les prix chez les libraires formels sont intacts  », a déclaré un parent.

 Nombreux sont des parents qui affirment que les librairies par terre ne proposent pas que des manuels qui sont au programme. Il y a des fascicules et brochures écrits par des nationaux et des étrangers avec des solutions détaillées et expliquées. Selon ces parents, ces fascicules et brochures sont plus vite assimilés par des enfants grâce aux exercices pratiques qui s'y trouvent. « Ces fascicules et brochures achetés à bas prix dans les librairies par terre proposent plus d’exercices que des leçons théoriques contenues dans des livres des librairies formelles. Or, on constate aujourd’hui que nos enfants ont de la peine à comprendre des cours théoriques. Ils préfèrent faire plus d’exercices pratiques se trouvant dans des fascicules des librairies par terre », a dit un autre parent. Il y a des parents qui affirment  que les bouquinistes sont un peu partout dans la ville. D'où la facilité d'avoir un ouvrage quelconque.

Pour un libraire,  ces librairies de la rue leur cause un manque à gagner important. «Nous ne sommes pas contre des librairies à ciel ouvert sur les abords des avenues. Mais les gens  devraient savoir que ces commerçants ambulants nous causent de gros préjudices, car ils ne sont pas enregistrés et ne paient aucune taxe. Il y a aussi un autre problème que les parents devraient comprendre. Tous les ouvrages que ces vendeurs ambulants leur proposent n’ont toujours pas des contenus fiables », s’est-il plaint.

 

Faustin Akono

Légendes et crédits photo : 

Une librairie de la rue

Notification: 

Non