Commerce : les échanges sino-congolais ont doublé entre 2016 et 2019

Jeudi 13 Août 2020 - 13:16

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les chiffres indiquent une nette augmentation de 3 à 6,9 milliards de dollars américains au cours de cette période phare. Malgré les exonérations des taxes douanières par la Chine, 77 % des exportations RD-congolaises vers l’Empire du milieu sont constitués des produits miniers et métaux de base transformés. 

En cette période de covid 19,  les nouvelles sont plutôt bonnes dans le secteur du commerce bilatéral entre la RDC et la Chine. Au premier semestre de l’année en cours, il aurait enregistré une hausse de 8,2 %, s’établissant à 3,11 milliards de dollars américains. Une performance constante si l’on prend en compte la période comprise entre 2016 et 2019, et même bien après. En effet, le contexte actuel marqué par la crise sanitaire se caractérise normalement par une baisse généralisée de l’économie mondiale et des échanges commerciaux. Mais cette année reste exceptionnelle avec la reprise accélérée des activités économiques en Chine ; 3,2 % de croissance annuelle à partir du deuxième trimestre.

Pour la RDC, la bonne santé de l’économie chinoise est indispensable pour l’écoulement facile de ses produits miniers, la principale source d’entrée des devises étrangères. Pour rappel, l’Empire du milieu est le premier importateur des produits miniers RD-congolais. L’autre paramètre de taille est sans aucun doute l’augmentation des prix des matières premières, dont le cuivre qui reste à ce jour le principal minerai exporté. Il est indispensable de souligner que la production minière RD-congolaise est en train de reprendre de la vigueur grâce, en partie, aux investissements chinois dans le secteur minier. Le commerce sino-congolais ne peut que favoriser les investissements croisés, d’autant qu’il existe aussi une demande de plus en plus forte des produits chinois sur le marché RD-congolais.     

Même si le géant chinois préconise une politique d’ouverture de son marché, avec des exonérations des taxes douanières, cette donne n’a pas encouragé malheureusement une certaine diversification des exportations RD-congolaises constituées en majorité des produits miniers. La Chine a instauré une franchise pour 97 % des produits d’exportation. Plusieurs analystes insistent aujourd’hui sur la nécessité pour la RDC de veiller aux transformations localement pour avoir des produits manufacturés à base de produits miniers. Nous y reviendrons.  

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non