Concert à Paris de Fally Ipupa : incendie et incidents aux abords de la salle

Samedi 29 Février 2020 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Malgré le périmètre de sécurité instauré autour de la salle de l'AccorHotels Arena et l’interdiction préalable par le préfet de police de Paris de sept manifestations déclarées en lien avec le concert de la star congolaise comptant 1,4 million d'abonnés sur Youtube, un incendie et des incidents ont eu lieu à la gare de Lyon, en marge de ce rendez-vous artistique.

Capture d'écran YouTube sur les incidents en marge du concert de Fally Ipupa le vendredi 28 février à Paris les pompiers en intervention incendie à la gare de LyonCe concert, signant le retour sur scène de la star congolaise Fally Ipupa, le vendredi soir 28 février à Paris, était à redouter sous haute tension. Depuis son annonce il y a quelques mois, la toile s’était enflammée par les activistes communément appelés dans le milieu « les combattants », prétendant être les opposants de la diaspora face au pouvoir en place à la République démocratique du Congo (RDC).

Selon les sources policières, ce sont bien ces activistes qui ont bravé l'interdiction de manifester et incendié des véhicules, provoqué des incidents ayant entrainé plus de 70 interpellations.

Le chanteur de la rumba congolaise, accusé d'être un proche du pouvoir en place en RDC, ne s'était pas produit en France depuis des années, par peur de débordements. Avant le début de son concert à l'AccorHotels Arena, de multiples incidents ont éclaté en début de soirée aux abords de la gare de Lyon et du quartier de Bercy.

Plusieurs scooters et poubelles ont été incendiés, dégageant d'épaisses volumes de fumée et la partie souterraine de la gare a été évacuée par précaution, a annoncé la SNCF, la société des chemins de fer française, tandis que la circulation des métros a été perturbée jusqu’à contraindre les trains des lignes 14, RER A et D à ne pas marquer d’arrêt à la gare de Lyon.

Vers 18H30 (17H30 GMT), les feux étaient maîtrisés par les sapeurs-pompiers après qu’une trentaine de véhicules, surtout des deux-roues à moteur, ont été décomptés entièrement carbonisés, a constaté une journaliste de l'AFP.

71 personnes ont été arrêtées, a annoncé la préfecture, dénonçant le "comportement scandaleux" de certains manifestants qui ont entravé l'action des pompiers.

Le "meneur des incendiaires" fait partie des personnes interpellées, a précisé une source policière.

Dans la nuit de vendredi à samedi, des vidéos des extraits du concert maintenu ont circulé sur Internet.

Le chanteur de 42 ans, qui compte des collaborations musicales avec l'Américain R. Kelly et les artistes français Aya Nakamura et Booba, avait dû renoncer à son dernier concert prévu à l'Olympia en 2017, déjà à cause de débordements.

 Indignation politique

Vers 20H30 (19H30 GMT), les tensions ont persisté autour de l'Arena. Les fans pouvaient rentrer pour assister au concert, qui était a priori maintenu. Plusieurs opposants continuaient de les invectiver aux cris de "Rwandais, collabos !".

Auprès de l'AFP, ils ont estimé que Fally Ipupa est un chanteur qui "soutient le Rwanda", un pays frontalier avec lequel la RDC entretient des relations compliquées depuis des années.

Les fans du chanteur, quant à eux, étaient las et décontenancés. "On n'a pas besoin de la politique de là-bas ici. On est juste venus se défouler. Y en a marre de ces vandales", a soupiré Junior, billet en main et sur son 31 pour l'occasion.

Les incidents ont suscité l'indignation d'une partie de la classe politique française

"Je condamne les dégradations et violences commises dans le secteur de la gare de Lyon par des individus qui ont bravé l'interdiction de manifester", a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

"Heurts à propos du concert d'un chanteur congolais, incendie de la Gare de Lyon, racailles empêchant les pompiers de travailler : quelle image notre pays donne au monde ?", a tweeté Marine Le Pen, la patronne du Rassemblement national (RN, extrême droite).

"Émeute urbaine inacceptable au cœur de Paris", a réagi le député LR (droite) Eric Ciotti. "De telles violences autour d'un concert communautaire congolais traduisent un communautarisme exacerbé qui n'a rien à faire en France !".

Le journaliste Claudy Siar "Je soutiens l’action des combattants lorsqu’ils défendent le peuple opprimé et je condamne leur choix de briser la carrière d’artistes qui ne sont pas responsables de la situation en RDC".

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Photo : Capture d'écran YouTube sur les incidents en marge du concert de Fally Ipupa le vendredi 28 février à Paris, les pompiers en intervention incendie à la gare de Lyon

Notification: 

Non