Conférence : des jeunes congolais évoquent "le Dividende démographique" comme levier de croissance économique

Samedi 14 Octobre 2017 - 18:10

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La visioconférence organisée par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) en marge du Rebranding Forum Africa 2017 tenu les 6 et 7 octobre à Bruxelles a permis aux jeunes du Congo de s’exprimer, à l’instar d’autres jeunes du continent, sur le rôle qu’ils doivent jouer comme levier pour accélérer la croissance économique et mener vers le développement durable. 

La session dite satellite a servi de plateforme d’échanges entre les gouvernements, les partenaires techniques et financiers, le secteur privé, les médias et les organisations de jeunesse. Sur le thème : « Enjeux et défis des systèmes africains face au dividende démographique », la 4e édition du Rebranding Africa Forum s’est révélée être une somme d’opportunités d’investissements en vue de tirer pleinement profit du « dividende démographique ».

Par ce dernier concept, UNFPA voudrait, à partir d’une combinaison de la maîtrise de croissance démographique avec des politiques et des actions appropriées, impulser un cadre de développement visant à activer la croissance économique.   

« Les jeunes constituent le moteur de cette croissance économique, à condition que les institutions soient renforcées, et qu’il soit mis en place des réformes et programmes nécessaires pour encourager des familles moins nombreuses, renforcer l’accès des jeunes à une formation appropriée, et créer des opportunités pour leur employabilité », explique l’UNFPA dans une note conceptuelle.

Les interventions toutes aussi riches de ce forum ont été suivies des discussions en panel entre l’UNFPA, les gouvernements, le secteur privé et les organisations de la jeunesse. Au Congo, une vingtaine de jeunes dont la plupart sont issus du Réseau africain des adolescents et jeunes en politique de développement (AfriYan), a participé à la session satellite depuis le bureau UNFPA de Brazzaville.

Des questions pour les jeunes du Congo

Trois questions préalablement préparées par eux ont été posées en directe au cours de cette échange placée sous le thème « opportunité pour autonomiser les jeunes pour la capture du Dividende démographique, et mécanismes pour le passage à échelle du projet SWEDD ».

Le Projet régional d’Autonomisation des femmes et de dividende démographique au Sahel (SWEDD), procède, en effet, d’une réponse conjointe des Nations Unies et du Groupe de la Banque mondiale (BM) à l’appel lancé par les Présidents de six pays du Sahel, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Il vise à améliorer l’autonomisation des femmes et des filles et leur accès aux services de santé. Cela aidera à créer plus d’opportunités économiques et de prospérité pour les femmes, les filles et leurs familles. La session a donc concerné en l’étude des mécanismes pour l’extension du projet SWEDD dans d’autres pays, comme le Congo.

« Nous n’avons pas eu la possibilité d’aller à la conférence à Bruxelles parce qu’elle s’est prioritairement adressé aux pays qui ont le Fonds SWEDD, ce qui a justifié cette session satellite qui nous permet de poser des questions », explique Second Ondezba, jeune ambassadeur national de l’initiative Dividende Démographique de l’AfriYan.

« Le fonds SWEDD intervient au niveau de l’Afrique de l’Ouest. Nous avons les mêmes problèmes et nous souhaitons que ce fonds vienne investir au Congo. Nous avons aussi posé une question sur la politique de la Banque mondiale en matière de programme destiné à la jeunesse », poursuit-il.

Pour la secrétaire exécutive de AfriYan Congo, Dolores Badia, ce forum est un excellent support pour aider les Jeunes à tirer profit du Dividende démographique. « Notre préoccupation est que les politiques mettent les Jeunes au centre de toutes les questions. A leur tour, ils doivent s’impliquer afin que le nombre de ceux qui sont actifs soit élevé. Ils doivent prendre en main leur avenir, et pour cela il faut qu’on relève aussi le niveau de la femme », souligne-t-elle, précisant que les conclusions de ce forum seront expliquées aux jeunes du réseau national AfriYan pour plus de discernement.

 

 

Quentin Loubou

Légendes et crédits photo : 

Les Jeunes du réseau AfriYan Congo lors de la session satellite au bureau de l'UNFPA Brazzaville

Notification: 

Non