Confinement : les pousse-pousse prennent le relais des taxis

Mercredi 8 Avril 2020 - 13:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Depuis le début du confinement, le 1er avril, les Brazzavillois peinent à se mouvoir pour effectuer leurs achats. Les bus de la Société de transport public urbain (STPU) ne permettant pas d'embarquer tout le monde. Certains citoyens sont contraints de faire usage des pousse-pousse pour aller d'un point à un autre.  

Quelques jeunes de la ville capitale mettent en pratique leur force et leur ingéniosité pour gagner de l’argent. L’une des activités qui se généralise pendant cette période est le transport des usagers à travers les pousse-pousse.

Au Congo, en temps normal, ces engins assurent le transport des marchandises dans les marchés domaniaux. Actuellement, ils servent au transport des populations et des biens à travers les grandes artères de la ville. Le prix de la course dépend de la distance et de l’état de la route. « Si la voie est montagneuse, le prix ne sera pas le même que sur une route bitumée. Nous pouvons embarquer trois à quatre personnes avec leurs marchandises. Selon la demande du client, nous circulons dans les différents arrondissements », confie l’un des conducteurs de pousse-pousse.

Il s'agit d'une activité qui permet aux pratiquants de trouver leur gagne pain et aux usagers de quitter un point de la capitale à un autre en ce temps de cofinement et d'interdiction de la circulation routière aux véhicules ordinaires. «Nous sommes obligés d'emprunter ces moyens parce que les bus publics refusent de nous transporter. Je ne peux pas marcher avec les marchandises de chez moi jusqu’au marché Total », indique une vendeuse.

Rude Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Une vue des conducteurs de pousse-pousse avec une cliente/ADIAC

Notification: 

Non