Congo-Russie : un partenariat stratégique gagnant-gagnant

Mercredi 23 Octobre 2019 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les deux Etats ont établi leurs relations diplomatiques en 1964. Leur coopération historique, auparavant sous-tendue par l’accord signé le 31 janvier 1986, porte sur un partenariat stratégique gagnant-gagnant conclu en 2012. 

En marge du sommet Russie-Afrique qui se tient du 23 au 24 octobre dans la ville russe de Sotchi, les deux parties pourraient signer de nouveaux accords.

Il s’agit notamment d’un accord de coopération militaire, d’un protocole relatif à l’amendement de la convention sur la coopération militaire et technique ainsi que d’un accord de coopération dans le domaine des technologies de l’information et de la communication.

Ces nouveaux accords devraient permettre aux deux côtés de raffermir leurs liens de coopération reposant sur l’amitié, la solidarité, le partenariat, le respect mutuel, le soutien réciproque des candidatures au sein des organismes internationaux et l’échange régulier des délégations officielles.

En mai dernier, lors de la visite du chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, à Moscou, le Congo et la Russie ont conclu des accords dans les secteurs de la communication, de l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques, du traitement de la dette, de l’agriculture.

Le sommet de Sotchi, sans nul doute, va donner une nouvelle impulsion à la coopération entre la Russie et le Congo, de même qu’avec les autres pays d’Afrique, un espace géographique regorgeant de nombreuses potentialités économiques et se positionnant comme le continent d’avenir.

La Russie a joué un rôle important dans le passé en ce qui concerne la formation des cadres congolais civils et militaires. Elle a prévu, au titre de l’année académique 2019-2020, d’octroyer plus d’une centaine de bourses d’études aux jeunes congolais.   La ville de Brazzaville compte un certain nombre de fruits de la coopération russe, notamment l’ex-hôpital Blanche-Gomes et l’ancienne école du parti devenue Ecole nationale d’administration et de magistrature.  

Somme toute, la Russie a été aux côtés des pays africains lors des luttes pour la liberté et l’indépendance. A l’issue du rendez-vous de Sotchi, ce pays figurant parmi les plus grandes puissances militaires et économiques de la planète pourrait mieux se repositionner en Afrique où se posent des besoins en matière de sécurité et de développement.

Christian Brice Elion

Notification: 

Non