Conjoncture : enquête dans le secteur économique et du commerce général

Lundi 10 Août 2020 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La police judiciaire des parquets a lâché cinq équipes d’inspecteurs pour débusquer les auteurs de plusieurs faits infractionnels. Les enquêtes en cours ont mis en lumière des procédés et autres complicités avec des personnalités actuellement bien placées dans la sphère politique.    

Le 7 août, un communiqué laconique du service de presse de la police judiciaire des parquets annonçait la constitution de cinq équipes d’inspecteurs pour enquêter sur plusieurs faits infractionnels. Selon le document, la police judiciaire « a documenté » ceux-ci, et les équipes sont « à pied d’œuvre depuis plus de trois semaines » pour débusquer « tous ces mécréants ».  

De l’affaire en question, le document cite quelques dossiers phares. Il s’agit, par exemple, des cas de fausses déclarations auprès des services du fisc RD-congolais.  « Certaines entreprises et sociétés minières, pétrolières et du commerce général ont, d’une part, minoré leurs productions pour amenuiser leurs impôts sur les bénéfices et, d’autre part, ont déclaré des pertes pour ne pas payer conséquemment les impôts par rapport aux bénéfices et profits réalisés ». Des informations qui ne seraient en fait qu’un tissu de mensonges : « Les investigations menées par les inspecteurs judiciaires, sur le plan international, étant entendu que celles-ci font partie des consortiums, démontrent qu’elles ont réalisé de gros bénéfices ». Pire, il y a eu des complicités internes avec des personnalités qui occupent aujourd’hui des postes avantageux dans le monde politique : « Les enquêtes ont permis de découvrir que parmi les administrateurs et auditeurs de ces entreprises et sociétés, il y a des personnalités politiques RD-congolaises qui occupent actuellement des très hautes fonctions dans les institutions du pays et qui ont même touché des dividendes pour les exercices déclarés sans profits ». Le travail de terrain des inspecteurs judiciaires a été productif car il est possible aujourd’hui de remonter la filière : « La police judiciaire des parquets a cerné certains procédés mis en place par les importateurs, exportateurs, commissionnaires en douane et contribuables avec la complicité des agents et cadres des régies financières aux fins de priver l’État de ses ressources ».    

La police judiciaire promet de débusquer les responsables de ces affaires qui a ont fait perdre de l’argent au pays. Pour rappel, la mission de la police judiciaire des parquets est de constater les infractions à la loi, de rassembler les preuves et d’en rechercher les auteurs. La dernière restructuration a abouti à une séparation avec la police nationale et à sa réorganisation au sein du ministère de la Justice. Elle fonctionne désormais comme un service d’appui aux parquets.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non