Conjoncture : la devise américaine frôle déjà les 1 800 FC à Kinshasa

Mardi 21 Janvier 2020 - 19:21

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Certains commerçants évoluant dans le secteur de la quincaillerie ont reconnu toute la difficulté de vendre leurs produits en se collant au taux du jour. Les plus téméraires préfèrent conclure directement en dollar américain pour contourner la volatilité du marché de change.     

La pression sur le taux de change inquiète la population. Au cours de sa dernière sortie médiatique, la présidente de l’Assemblée nationale a porté haut et fort les inquiétudes de plusieurs couches de la population. Le taux de 1750 FC pour un dollar américain frappe durement les emplois précaires. Elle fait état également des terribles implications sur les frais académiques. « Quand je vois aussi nos enfants devenir des inciviques, rendus violents parce qu’il y a des difficultés à payer le minerval universitaire, ça doit nous interpeller, ça doit nous troubler et ça doit nous empêcher de dormir », a-t-elle déclaré. 

Cette épineuse question a constitué le point essentiel de la réunion du Comité gouvernemental de conjoncture économique du 21 janvier. En effet, la Primature a abrité comme d’habitude cette grande réunion hebdomadaire placée sous la présidence directe du Premier ministre lui-même, Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Tous les membres de cette structure ont pris une part active à la rencontre. Il y a eu entre autres la présence des vice-Premiers ministres chargé du Budget, Jean-Baudoin Mayo, et celle de son homologue du Plan, Elysée Munembwe. Par ailleurs, les responsables des ministères stratégiques comme l’Économie, Acacia Bandubola, le Commerce extérieur, Jean-Lucien Busa, les Finances, Sele Yalaghuli, la vice-ministre des Mines, Alpha Lupetu et enfin du gouverneur de la Banque centrale du Congo, Deogratias Mutombo.

Que peut-on retenir des conclusions de cette réunion à un moment aussi critique pour le cadre-macro-économique ? D’abord, l’effort se poursuivra inlassablement pour maintenir un bon niveau de surveillance des paramètres macro-économiques. Toutefois, le Premier ministre, Ilunga Ilunkama, note que  le marché de change reste dans l’ensemble assez stable mais des risques persistent à cause de la faible mobilisation des recettes. Aussi le premier des ministres a-t-il instruit les régies financières à mobiliser davantage les recettes de l’État. Le gouvernement de la République reste convaincu de l’intérêt d’attirer une fois encore l’attention de la population RD-congolaise sur le civisme fiscal.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non