Conjoncture : la RDC parmi les sept pays africains ayant enregistré « une forte réduction » de l’extrême pauvreté

Lundi 2 Décembre 2019 - 19:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le résultat provient d’une comparaison des données entre 2000 et 2015 de cent quatorze pays à travers le monde. Son initiateur, le Groupe de la Banque mondiale (BM), identifie sept pays d’Afrique subsaharienne parmi les quinze  les plus performants : la Tanzanie, le Tchad, la République du Congo, le Burkina Faso, la RDC, l’Éthiopie et la Namibie.

Depuis les années 1990, la BM accompagne les pays dans leurs efforts de baisse progressive de l’extrême pauvreté dans le monde. Ce classement apporte bien des révélations sur la tendance de la baisse de l’extrême pauvreté, année après année. D’emblée, l’institution financière internationale présente un bilan général plutôt satisfaisant, avec des progrès remarquables un peu partout dans le globe. Toutefois, en entrant plus en profondeur, c’est-à-dire en comparant les résultats sur la même période, il a été possible de dresser une liste de quinze pays ayant connu la plus forte réduction en moyenne annuelle et en points du taux d’extrême pauvreté entre 2000 et 2015. Bien entendu, dans ce classement, la situation de l’Afrique subsaharienne ne peut qu’intéresser le plus grand nombre d’analystes dans la mesure où l’on y retrouve les plus faibles revenus, du moins dans la grande majorité. « Sept des quinze pays de notre classement font partie du continent africain et deux figurent dans la Liste harmonisée des situations fragiles établie par le Groupe de la Banque mondiale pour l’exercice 2019 », précise le document. Pour d’autres pays comme la Chine, ils ont réussi à éradiquer carrément l’extrême pauvreté en 2015.  

En observant le graphique réalisé par la BM, les quinze pays les plus performants à l’échelle mondiale sont la Tanzanie, le Tadjikistan, la République du Congo, le Kirghizistan, la Chine, la Moldavie, le Burkina Faso, la RDC,  l’Indonésie, le Vietnam, l’Ethiopie, le Pakistan et la Namibie. Ensemble, ils forment 1,6 % de la population mondiale, soit huit cent deux millions d’individus de moins vivant dans le plus grand dénuement entre 2000 et 2015. Dans le groupe des pays les performants, l’Afrique subsaharienne est représentée par sept membres qui se classent de la manière suivante ( en ordre d’importance de la baisse) : la Tanzanie (- 3,2 %), le Tchad (- 3,1 %), la République du Congo (- 2,7 %), le Burkina Faso (- 2,4 %), la RDC (- 2,3 %), l’Ethiopie (- 1,9 %) et la Namibie (- 1,6 %). « Dans certains pays d’Afrique subsaharienne (comme la République démocratique du Congo, la Tanzanie ou le Burkina Faso), les taux d’extrême pauvreté restent supérieurs à 40 %, malgré des progrès rapides », indique l'étude.

Les données de la BM renferment d’autres réalités moins visibles. Il y a, par exemple, et c’est un motif d’encouragement, le fait que huit des pays à faible revenu en 2000 sont devenus finalement des pays à revenu intermédiaire en 2015. Par contre, cinq n’ont connu aucune évolution de leur statut au cours de cette période, restant ainsi dans la catégorie des pays à faible revenu. Et puis, il y a également la proportion de la population concernée. Si la Namibie, avec ses deux millions d’habitants, a fait reculer l’extrême pauvreté de 1,6 %, la Chine a atteint les 2,5 % pour 1,2 milliard d’habitants. 

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non