Conjoncture nationale : la dépréciation du franc congolais dépasse les 15 % à la fin juillet

Samedi 1 Août 2020 - 14:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le taux n’a pas atteint les 3 % sur l’ensemble de l’année 2019. Même s’il s’observe toujours des « pressions » sur le marché des changes, la Banque centrale du Congo (BCC) compte maintenir son dispositif de politique monétaire tout en sollicitant un accompagnement de l’exécutif central.

Rien ne va changer dans l’actuelle politique du Comité de politique monétaire de la BCC, ont conclu les experts lors de la dernière session extraordinaire. A la date du 28 juillet, le taux cumulé de dépréciation du franc congolais a franchi la barre des 15 %, contre 2,94 % pour l’ensemble de l’année 2019. Pour la première fois, le taux parallèle est bien passé au-dessus de la barre des 2000 FC pour un dollar américain. Une descente aux enfers qui devrait se poursuivre, avec un taux projeté de plus de 2 600 FC pour le dollar dans un très proche futur, a averti l’ancien Premier ministre, Augustin Matata Ponyo.

Si les perspectives restent indiscutablement sombres, le comité de politique monétaire de la BCC note, pour sa part, « un ralentissement du rythme de dépréciation de la monnaie nationale sur les deux segments, indicatif et parallèle ». Il constate aussi « la poursuite de l’accélération du rythme de formation des prix intérieurs ». Le taux d’inflation s‘établit, en glissement annuel, à 14,22 % contre 4,17 % à la période correspondante de l’année 2019. Toutefois, l’on est bien loin des fortes volatilités de fin mars 2020, qui a ouvert la voie à une accélération de la perte de valeur du franc congolais face au dollar américain avant le ralentissement enregistré depuis le début du troisième trimestre. Dans le registre de la politique monétaire, la BCC va maintenir « inchangé » son dispositif. Toutefois, elle sollicite un « accompagnement » du gouvernement de la République à travers des mesures draconiennes visant, par exemple, à resserrer la liquidité sur le marché.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non