Conservation de la nature : le Congo veut aménager seize aires protégées

Jeudi 9 Août 2018 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’espace prévu dans le projet représente plus de 11,51% du territoire national (342 000 km2). Ce projet figure dans le nouveau Plan d’action national pour l’éléphant (2019-2028) qui a été adopté récemment à Brazzaville.

Le plan d’action 2018-2022 comporte, entre autres, la stratégie de lutte contre le braconnage des pachydermes, le maintien de leur habitat, la réduction des conflits homme-éléphant et la coopération transfrontalière. Le document bénéficie d’un large consensus des parties prenantes dont les pouvoirs publics, la société civile et les partenaires de l’Initiative pour la protection des éléphants et du programme WCS-Afrique centrale.   

En effet, parmi les seize aires visées par le projet d’aménagement, il y a le Trinational de la Sangha (TNS), un complexe transfrontalier consacré à la conservation de la nature, situé dans le nord-ouest du bassin du Congo, au point de rencontre entre la République du Cameroun, la République du Congo et la République centrafricaine.

Il comprend trois parcs nationaux contigus couvrant une superficie totale de 754,286 hectares, à savoir le Parc national de Lobéké au Cameroun, le Parc national de Nouabalé-Ndoki au Congo et le Parc national de Dzanga-Ndoki en République centrafricaine. Ils sont enchâssés dans un paysage forestier beaucoup plus vaste que l'on appelle parfois le « paysage du Trinational de la Sangha ».

En termes de valeur culturelle, le TNS est inscrit comme site du patrimoine mondial. Sa zone tampon abrite également un riche patrimoine culturel lié aux communautés locales et autochtones (chasseurs-cueilleurs, pêcheurs). L'intégrité et la richesse des forêts tropicales du TNS sont essentielles pour la pérennité de la culture et moyens d'existence de ces communautés. 

Le projet dans son ensemble incluant les quinze autres aires protégées demande d’importants financements. Seuls quelques partenaires appuient les activités du Tri-National dont la coopération allemande à travers la Kreditanstalt fur wiederaulbau (KFW-banque allemande pour la reconstruction) à hauteur de 20,5 millions d'euros, et  l'Agence française de développement à hauteur de trois millions d'euros.

Fiacre Kombo

Notification: 

Non