Consommation : la hausse des prix des produits inquiète les Congolais

Lundi 23 Septembre 2019 - 19:10

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Depuis plus d’un mois, une augmentation des prix est constatée, notamment des produits de première nécessité sur le marché à Brazzaville. Une situation préoccupante pour les consommateurs qui ne savent pas à quel saint se vouer.

Les cartons de cuisses de poulet et des côtes de porc sont passés, par exemple, de 6500 à 11500 F CFA puis de 9500 à 16000 F CFA respectivement. Autrefois vendu à 25 000FCFA, le carton de poisson salé communément appelé « Simba malembe » coûte actuellement 34 000FCFA.

« Ces prix ne sont pas stables, ils peuvent augmenter à tout moment, car on nous signale une rupture de stocks au niveau de Pointe-Noire », a confié le gérant d’une chambre froide au centre-ville.  

Abordée, une ménagère rencontrée au marché Ouenzé, dans le cinquième arrondissement s’est plainte : « Le pays n’a pas d’argent et la vie devient de plus en plus chère, c’est terrible ! on ne sait pas comment on s’en sortira avec nos familles » .

Pour connaître les raisons de cette hausse qui vient empirer le quotidien des Congolais déjà affecté par la crise économique, il était plus important de rencontrer quelques responsables des grandes chambres froides de la place. D'après eux, cette flambée serait due aux nouvelles règlementations des changes et des paiements prises par la Banque centrale. Signalons que ce nouveau dispositif vise un meilleur suivi des rapatriements pour régler le problème relatif à la rareté des devises.

« Avant, on pouvait envoyer auprès de nos fournisseurs à l’étranger autant d’argent pour des commandes. Ce n’est plus possible, tout est devenu si compliqué », a déploré un des responsables d’une chambre froide de la place, ayant requis l’anonymat.

Le ciment aussi…

Avec la pluralité des cimenteries installées en République du Congo, le Congolais croyait être définitivement épargné du problème lié à la cherté de ce produit sur le marché.   Hélas ! ce n’est pas le cas. Depuis quelques semaines, en effet, le sac de ciment qui, il y a plus d’une année, était vendu à 2 500F est passé à 4 500 FCFA, soit plus de quatre-vingt mille francs CFA la tonne. Un fait constaté autant à Brazzaville qu’à Pointe-Noire.

Les propriétaires des dépôts indexent le point de péage récemment inauguré dans la partie nord de Brazzaville. Le ministère censé mettre à notre disposition des informations fiables sur la montée des prix a malheureusement montré son indisponibilité à nous rencontrer.

 

 

Lopelle Mboussa Gassia

Légendes et crédits photo : 

1-Des cuisses de poulet/ Adiac 2- Du ciment dans un dépôt

Notification: 

Non