Coopération culturelle : l'Egypte va offrir des œuvres d'art au mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza

Samedi 13 Juin 2020 - 15:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Classée parmi les institutions qui aident le mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza à conserver les traces de la mémoire collective, l’ambassade d’Egypte, par le biais du ministère de l’Antiquité, va donner à l’institution que dirige Bélinda Ayessa des collections qui contribueront à sa valorisation, a annoncé l’ambassadeur d’Egypte au Congo, le 11 juin.

Le soutien de l’Egypte à l’action du mémorial s’inscrit dans le cadre du partenariat entre l’ambassade d’Egypte au Congo et le mémorial. A cet effet, le ministère de l’Antiquité égyptien, va mettre à la disposition du mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza une trentaine d’œuvres sur la civilisation de ce pays, pour garnir le second module de cette institution culturelle, historique et touristique congolais, qui sera très bientôt inauguré.

L’ambassadeur d’Egypte au Congo, Kandil Hatem, a annoncé que ce don du ministère de l’antiquité du pays des pharaons sera fait dans les jours à venir à la directrice générale du mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza, Belinda Ayessa. « Le ministère de l’antiquité a déjà fourni une trentaine de pièces pour la section égyptienne. Nous remercions le Congo pour avoir une section pour l’Egypte, c’est un grand honneur pour nous. Cela fait des années qu’on travaille sur ce projet. Là on est presque à la fin, les pièces sont prêtes, il faut juste les transporter du Caire au Congo, c’est ce qu’on est en train de faire », a déclaré l’ambassadeur Kandil Hatem.

Dans le cadre du partenariat qui lie l’institution diplomatique du Caire et le mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza, le diplomate égyptien a annoncé son intention d’enrichir le fond documentaire de la bibliothèque du second module du mémorial. « Outre le musée, il y aura aussi une bibliothèque. A cet effet, nous avons parlé du livre. On va commencer à voir comment les envoyer le plus vite possible. Je suis plus touché par l’intérêt qu’ont les jeunes Congolais pour la culture égyptienne. On va faire tout ce qui est possible pour que quand ils viennent au mémorial, qu’ils trouvent des livres qui les permettent d’avoir plus de connaissance sur l’Egypte ancienne et l’Egypte moderne », a indiqué l’ambassadeur.

Evoquant le volet formation, notamment sur la lancée des échanges culturels envisagés entre le personnel du mémorial et la bibliothèque d’Alexandrie au Caire, le diplomate égyptien a rappelé qu’ils devaient envoyer cinq Congolais pour une formation en ce qui concerne la bibliothèque. Malheureusement, au regard de la situation de l’heure avec la covid-19, cette formation va être repoussée. C’est un acquis.

La visite du diplomate égyptien chez la directrice générale du mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza a pris fin par les échanges des livres. Kandil Hatem a remis à Bélinda Ayessa des livres sur les mythes et légendes d’Egypte pour lui permettre de parfaire ses connaissances sur l’histoire de la culture égyptienne. Et à son tour, Bélinda Ayessa a remis à Kandil Hatem les bulletins du mémorial pour lui permettre de connaître l’histoire de la fondation de Brazzaville et de son explorateur.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo: L’ambassadeur de l’Egypte au Congo, Kandil Hatem et la directrice générale du mémorial Bélinda Ayessa (crédit photo/ DR)

Notification: 

Non