Coopération : l’AFD débourse 4,8 milliards francs CFA pour l’enseignement supérieur et le Fonea

Mercredi 8 Juillet 2020 - 15:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’aide financière de l’Agence française de développement (AFD) octroyée  au Congo permettra la modernisation de l’enseignement supérieur et la structuration du Fonds national d’appui à l’employabilité et à l’apprentissage (Fonea).

Au total deux conventions de financement d’une valeur de 7,35 millions d’euros ont été signées, le 8 juillet à Brazzaville, entre le ministre des Finances et du Budget, Calixte Nganongo, l’ambassadeur de France au Congo, François Barateau, et le directeur de l’Agence française de développement, Lionel Cafferini.

La première, à hauteur de 7 millions d’euros, soit 4,6 milliards de francs CFA, destinée à l’enseignement supérieur pour une durée de quatre ans, vise à renforcer la formation des formateurs ainsi qu’à financer des projets de recherche sélectionnés de façon compétitive.

Il sera également question de valoriser les résultats de la recherche congolaise et l’employabilité des diplômés, en particulier dans le domaine des bio ressources du pays, de soutenir et dynamiser le développement des partenariats entre l’Université Marien-Ngouabi et les institutions françaises d’enseignement supérieur…

« Le système éducatif actuel malheureusement n’est pas en capacité de produire des formateurs de qualité en quantité suffisante. Je suis heureux que ce projet d’appui voit enfin le jour », a indiqué le ministre de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard Itoua.

Pour ce qui est du second don, la France apportera pendant un an un appui de 229 millions de francs CFA, soit 350 mille euros, dans le but d’accompagner le Fonea dans la formation des agents, la structuration d’un mécanisme pérenne de financement au travers de la collecte de la taxe d’apprentissage, l’élaboration d’un système d’information pour la gestion des activités, la mise en place d’outils de pilotage, de suivi et d’évaluation de ladite structure.

« Contribuer à la diversification de l’économie congolaise ; accompagner les entreprises dans leur montée en compétitivité ; favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes. Voici quelques-unes des ambitions que j’ai à cœur de porter, de façon déterminée et exigeante pour accompagner le Congo », a déclaré François Barateau, ambassadeur de France au Congo.  

Il a, par ailleurs, salué la coordination interministérielle des structures concernées sur les enjeux fondamentaux pour le Congo que sont la formation de la jeunesse, la qualification des ressources humaines et le développement de la recherche nationale.

Notons que la tenue de cette cérémonie s’est inscrite dans le cadre du renforcement de partenariat entre les deux pays, en particulier dans le domaine de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle et de la recherche.

 

 

 

Gloria Imelda Lossele

Légendes et crédits photo : 

Calixte Nganongo et François Barateau posant après la signature des conventions

Notification: 

Non