Coronavirus/ Afrique : le Covid-19 ne doit pas être un frein à la lutte contre les autres épidémies

Mercredi 8 Avril 2020 - 11:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Alors que la planète entière est concentrée sur la propagation du coronavirus, le Gavi (Alliance globale pour les vaccins et l'immunisation) s'inquiète que les mesures de confinement ne provoquent d'autres flambées épidémiques notamment en Afrique. 

Le Gavi plaide pour la poursuite des campagnes de vaccinations. Ca au-delà du coronavirus, l'Afrique est régulièrement confrontée à d'autres épidémies (VIH, tuberculose, Ebola, choléra, dengue, méningite, rougeole, paludisme, fièvre jaune, fièvre de Lassa, etc).

Pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les campagnes de vaccinations doivent se poursuivre  malgré le confinement. Le continent est coutumier des épidémies. Celles-ci emportent chaque année plusieurs dizaines de milliers de personnes. 

Depuis janvier 2019, la rougeole a déjà touché 60 000 Africains, d'après l'OMS. "La rougeole est probablement la première de mes préoccupations à l'heure actuelle", a déclaré le directeur exécutif du Gavi, Seth Berkley. En RD Congo,  en proie à une épidémie d'Ebola déjà, la rougeole a tué deux fois et demi plus de personnes qu'Ebola, a-t-il souligné. Ajoutant : "La vaccination de routine est toujours absolument essentielle, mais elle l'est particulièrement dans un moment comme celui-ci, car si d'autres épidémies se produisent, elles submergeront le système de santé". 

L'OMS a publié une mise en garde. En attendant le futur vaccin contre le Covid-19, "il faut s'assurer que les gens sont protégés contre des maladies pour lesquelles un vaccin existe",  a rappelé la directrice de la vaccination et de l'immunisation, le Dr Katherine O'Brien. "Les enfants des familles les plus pauvres, dans les pays touchés par les conflits et les catastrophes naturelles, sont les plus exposés", souligne la directrice de l'Unicef par la voix d'Henrietta Fore, "particulièrement préoccupée" par  la situation en  RDC, en Somalie, en Syrie et en Soudan du Sud.

"Même au cœur d'une crise sanitaire, les soins de base doivent se poursuivre : les bébés naissent, les vaccins doivent continuer à être dispensés et les gens ont toujours besoin de leurs traitements vitaux", a poursuivi  le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Noël Ndong

Notification: 

Non