Coronavirus : de Paris à Kinshasa, les internautes rendent hommage à Loris la Congolaise

Jeudi 2 Avril 2020 - 19:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Au lendemain de la disparition de Loris la Congolaise dite Ma lolo, de son vrai nom Loris Alexandrine Ebouelé Koumou, fille jumelle, la diaspora congolaise  pleure le symbole du pont virtuel entre les deux Congo.

Loris la CongolaiseArtistes, Sapeurs, membres de la diaspora des deux Congo, tous unanimes, rendent hommage à Loris la Congolaise. Tel un méchant poisson d’avril, l’icône de l’unité des ressortissants des deux rives du majestueux fleuve Congo en France s’est éteinte dans la nuit de mercredi 1er avril à l'hôpital Forcilles, à Férolles-Attilly, en France, des suites du coronavirus. Triste nouvelle confirmée par son frère jumeau Lucien Cyriaque Ebouelé Péa.

Au lendemain de sa disparition, les internautes ont mis sur leur mur sa photo et des messages d’hommage. Comme souvent, les éloges sont légion et les mots qui reviennent traduisent la reconnaissance à l’égard d’une femme qui a su fédérer autour d’elle.

Parmi les posts choisis, celui de Jean Marc Zyttha : « Ce que l'on redoutait a fini par arriver hélas… Une (K)ongolaise qui, par son militantisme épicurien, avait installé, invisible, au-dessus du fleuve Congo, ce pont qui donne corps à ce grand peuple qui s'ignore, au point qu'elle n'appartenait plus exclusivement ni à Brazzaville, ni à Kinshasa » .

Sur le mur de Laura Monthy Hair : « Non Ma Lolo ! Repose en paix Loris Ebouele Mucheny la Congolaise... ».

Matsanga Chardel Lucie Ewing, président de l’association des Sapeurs à Paris, se souvient d’une femme qui n'a cessé de participer à différentes rencontres autour de la Sape. « Nous avons perdu une amie très chère. Que son souvenir demeure. ».

Née à Brazzaville le 17 avril 1969, Loris la Congolaise s’est installée en France en 1983. Jouissant d’un statut de diplomate, elle a vite eu l’assentiment du milieu artistique. Ses amitiés lui ont permis de côtoyer des artistes tels que Papa Wemba, Bozi Boziana, Werrason, ou, plus récemment Fally pour lequel elle a bravé, il n’y a pas si longtemps, les entraves des « combattants » pour assister à son concert du 28 février à Paris.

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Photo : Loris la Congolaise

Notification: 

Non