Coronavirus : la Cnuced inquiète de l'impact négatif de l'épidémie sur l’économie mondiale

Samedi 7 Mars 2020 - 14:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans l’idée d’attirer l’attention des gouvernements et de la communauté internationale sur les effets négatifs du Covid-19 sur l’économie mondiale, la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) a publié, le 6 mars, un rapport sur la question.

Selon ce rapport, en dehors du fait que cette épidémie ne cesse de s’étendre dans le monde en faisant plusieurs victimes, le coronavirus bouscule également les chaînes de production mondiale.

Manifestant son désarroi sur les conséquences de l’épidémie sur la chaine de production mondiale, l’institution onusienne souligne dans son expertise que, la Chine a enregistré au mois de février dernier, une réduction spectaculaire de son indice directeur des achats du secteur manufacturier qui a atteint trente-sept et demi, son plus bas niveau depuis 2004.

« Cette baisse implique une réduction de 2% de la production sur une base annuelle. La contraction est la conséquence directe de la propagation du nouveau coronavirus. Elle a déjà des répercussions sur l’économie mondiale. Car, elle a entraîné jusqu’à présent une baisse estimée à environ cinquante milliards de dollars dans tous les pays », indique le rapport, en précisant que la baisse observée en février 2020, répartie sur l’année, équivaut à 2% de l’offre des biens intermédiaires. Ainsi, outre ses effets inquiétants sur la vie humaine, le Covid-19 pourrait ralentir considérablement non seulement l’économie chinoise mais aussi l’économie mondiale. D’autant plus, la Chine était devenue la plaque tournante manufacturière de nombreuses opérations commerciales mondiales.

« Toute perturbation de la production chinoise devrait avoir des répercussions ailleurs, notamment dans les chaînes de valeur régionales et mondiales. Les secteurs les plus touchés sont les instruments de précision, la machinerie, l’automobile et les équipements de communication. Toute perturbation significative de l’approvisionnement de la Chine dans ces secteurs est censée affecter largement les producteurs du reste du monde », précise encore l’expertise.

L’UE, les Etats-Unis, le Japon et la Corée sont parmi les économies les plus touchées

Dans son document, la Cnuced signifie que même si Beijing arrive à circonscrire l’épidémie, le fait que les fournisseurs chinois sont essentiels pour de nombreuses entreprises dans le monde, cela implique que toute perturbation en Chine se fera également sentir en dehors des frontières du pays. Ce qui aura un impact sur les chaînes de valeur régionales européennes, américaines et Est-asiatiques. Ainsi, parmi les économies les plus touchées figurent l’Union européenne avec notamment un impact dans les secteurs des machines, de l’automobile et des produits chimiques. Les autres économies les plus touchées sont les États-Unis, le Japon, la République de Corée, le Taïwan et le Viet Nam.

« Certains constructeurs automobiles européens peuvent être confrontés à une pénurie grave de composants essentiels pour leurs activités. Les entreprises japonaises peuvent aussi avoir des difficultés à obtenir les pièces nécessaires à l’assemblage des appareils photo numériques et bien d’autres », conclu, la Cnuced. 

 

Rock Ngassakys

Notification: 

Non