Coronavirus : la conférence 2020 des ministres africains des Finances reportée

Mardi 10 Mars 2020 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Suite aux préoccupations sanitaires mondiales liées au coronavirus et au besoin d’une vigilance accrue, la cinquante-troisième session de la conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique prévue du 25 au 26 mars vient d’être reportée jusqu’à nouvel ordre.

Cette réunion de haut niveau qui vient d’être avortée était organisée par la Commission économique pour l’Afrique (CEA) sur le thème : « L’industrialisation et la diversification durables de l’Afrique à l’ère du numérique ».

Justifiant le bien-fondé du choix porté sur ce thème, la CEA a précisé qu’elle faisait suite au constat selon lequel, la plupart des pays qui se sont développés l’ont fait grâce à l'industrialisation. Mais, le monde dans lequel s’est offerte cette voie traditionnelle du développement est en train de changer. Car, les technologies numériques nous propulsent dans la quatrième révolution industrielle. Or, les émissions anthropiques de carbone modifient notre climat et déclenchent à l'échelle mondiale des fluctuations atypiques des conditions météorologiques telles que l'augmentation de la température et les risques accrus d'inondations, de sécheresse et de chocs agricoles. Ainsi, pour ce faire le monde doit disposer de nouvelles stratégies permettant que le développement se poursuive.

En effet, pour les organisateurs cette session devrait être axée sur les questions liées à la numérisation et ses incidences, notamment ses enjeux et la façon dont elle impose une transformation de la nature même de l'industrie technologique.

Selon la CEA, l'accent allait être mis aussi bien sur la mesure dans laquelle la numérisation ouvre des possibilités dans les domaines de l'agriculture, des services et de l'énergie propre que sur la manière dont ces possibilités peuvent stimuler les processus d'industrialisation et de diversification, tout en offrant des solutions pour s'adapter aux changements climatiques, y compris des méthodes pour assurer la résilience.

« Ces débats devraient mettre en lumière le potentiel de l'Afrique en matière d'énergie propre, mais aussi les risques de dommages environnementaux coûteux. Car, la durabilité doit être reconnue et affirmée comme un élément central du développement durable. Ainsi, les stratégies de développement africaines dans ce monde en mutation doivent promouvoir une économie bleue durable, une croissance verte et des villes intelligentes », a déclaré la CEA.

Notons que la CEA qui a reporté toutes ses activités contactera les ministres pour discuter des dispositions à prendre par les Etats membres. D’autant plus, cette conférence des ministres devrait être un appel à l'action et une occasion pour tous de prendre une part active aux efforts tendant à faire en sorte que l'Afrique se prépare adéquatement pour le monde futur.

Rock Ngassakys

Notification: 

Non