Coronavirus : la crise alimentaire va s’aggraver en 2020 dans certains pays

Mardi 21 Avril 2020 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La pandémie de coronavirus risque de venir aggraver en 2020 dans le monde la situation de populations au bord de la famine, déjà en forte augmentation en 2019.

135 millions de personnes dans 55 pays affectés par les conflits et les problèmes climatiques étaient en situation d'insécurité alimentaire aiguë en 2019, indique un rapport mondial sur les crises alimentaires 2020, publié mardi par des agences de l'ONU et des bailleurs de fonds internationaux.

Ce chiffre pourrait cependant doubler, à 265 millions de personnes en 2020, en raison de l'impact économique de la pandémie de coronavirus, selon une projection du Programme alimentaire mondial (PAM) dévoilée en marge du rapport de l’ONU. "Dans ce contexte, il est vital que les programmes d'aide alimentaire soient maintenus", souligne le PAM.

Parmi les pays dont la population est la plus fortement affectée figurent le Soudan du Sud (61%), le Yémen (53%) ou l'Afghanistan (37%). Cette aggravation de l'insécurité alimentaire est notamment sensible dans des zones de conflit comme la République démocratique du Congo et le Soudan du sud, ainsi que dans les zones touchés par une aggravation de la sécheresse ou de leur situation économique, comme Haïti, le Pakistan et le Zimbabwe.

Mais avec le coronavirus, la situation pourrait encore se dégrader car de nombreux pays ont une capacité limitée à faire face aussi bien aux conséquences sanitaires qu'économiques de cette crise sanitaire.

En Afrique de l'Ouest, l'impact de l'épidémie ajoutée aux problèmes de sécheresse et à l'insécurité dans la région pourrait provoquer un quasi-triplement du nombre de personnes menacées par la faim, à 50 millions en août contre 17 millions en juin.

Le riz, denrée alimentaire de base de nombreux pays africains, a connu une flambée des prix. La paralysie des installations portuaires en raison des mesures de confinement explique en partie ces hausses de prix.

Julia Ndeko

Notification: 

Non