Coronavirus : le bilan reste très faible en Afrique

Samedi 14 Mars 2020 - 12:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait averti, en février dernier, que les systèmes de santé africains étaient mal équipés pour affronter l'épidémie, le bilan du Covid-19 reste très faible en Afrique, où la quasi-totalité des cas actuellement détectés sont des cas d'importation.

 

L'Afrique compte une centaine de cas de coronavirus répartis dans plusieurs pays, mais bien loin des bilans de la Chine, l’Italie ou encore la France et autres pays européens. Pour le moment, quinze pays sur cinquante quatre ont annoncé des cas de coronavirus et au moins cinq décès sont à déplorer.

L'Algérie a déjà enregistré ses deux premiers décès. Le premier, un homme  de 67 ans, souffrant d’une cardiopathie. La deuxième victime est un homme de 55 ans, venu de France, dans la région de Skikda (est du pays). Au Maroc, le ministère de la santé a déclaré que le pays avait enregistré son premier décès lié au nouveau coronavirus, une femme de 89 ans qui souffrait de problèmes de santé chroniques. Les autorités ont imposé des restrictions aux événements sportifs et culturels, notamment la fermeture des stades au public.

En Tunisie, un seul cas est confirmé: un Tunisien travaillant en Italie, d'où il était rentré par bateau. Les autorités ont appelé à reporter les manifestations culturelles. A ce jour, l’Egypte a enregistré cinquante neuf infections et le décès d’un touriste allemand de soixante ans. Le tout premier cas de coronavirus annoncé par l'Egypte le 14 février, un ressortissant chinois, avait lui aussi été testé positif, avant qu'un nouveau test ne le déclare négatif.

En République démocratique du Congo, un premier cas confirmé a été diagnostiqué. Il s'agit d'un homme de cinquante deux ans de nationalité congolaise résidant en France. En ce moment, son état est stable, il est isolé et suit des soins appropriés dans une structure sanitaire. L'Afrique du Sud a annoncé le 12 mars avoir identifié un premier cas du coronavirus sur son territoire, un homme de trente-huit ans qui a récemment séjourné en Italie. Actuellement hospitalisé, le patient est à l'isolement.

Un seul cas est pour l'instant à déplorer au Gabon. Il s'agit d'un Gabonais âgé de 27 ans revenant de Bordeaux, en France. Un premier cas d'infection par le nouveau coronavirus a été détecté en Guinée, sur une Belge arrivée récemment dans ce pays, selon le ministre guinéen de la Santé. Au Togo, un premier cas a été identifié. Il s'agit d'une patiente de 42 ans résidant à Lomé avec sa famille. 

Le gouvernement ivoirien a annoncé un premier cas de nouveau coronavirus en Côte d'Ivoire, un homme ayant séjourné en Italie. Il s'agit d'un homme de 45 ans de nationalité ivoirienne. Deux premiers cas de coronavirus ont aussi été détectés au Burkina Faso, chez un couple burkinabè rentré fin février de France, a annoncé la ministre de la Santé, Claudine Lougué.

Cinq contaminations sont à déclarer au Sénégal. L'un des nouveaux cas concerne une femme de 68 ans, épouse d'un patient de 80 ans testé positif. Résidant en France, elle est arrivée au Sénégal fin février avec son mari. Le second est celui d'une Anglaise de 33 ans, venue de Londres et arrivée à Dakar le 24 février. Deux premiers cas de coronavirus avaient été annoncés, sur deux Français. Le dernier patient est un Sénégalais résidant en Italie, rentré au pays le 6 mars. Il a consulté au lendemain de l'apparition des premiers symptômes, puis a été isolé. A ce jour, deux ont été déclarés guéris.

Au Cameroun, deux cas ont été confirmés, a annoncé  le ministre de la Santé, précisant que les malades sont un Français et une Camerounaise qui avait été en contact avec lui. Deux cas de coronavirus ont été recensés au Ghana, ont annoncé les autorités sanitaires, précisant que les personnes contaminées arrivaient de Norvège et de Turquie, qu'elles étaient dans un "état stable" et que la situation était "sous contrôle".

« Il est important qu’on prenne au sérieux cette menace »

Pour l'heure, l'Afrique est le seul continent épargné, mais les représentants locaux de l’OMS jugent « impensable » qu’elle le reste.

L’Afrique reste peu touchée par la pandémie de coronavirus, mais la situation peut changer à tout moment, prévient le docteur Michel Yao, responsable des opérations de réponse aux urgences sanitaires en Afrique de l'OMS.  Ce dernier a dressé un bilan de la propagation du coronavirus sur le continent et met en garde, car si le nombre de cas se multiplie il est possible «d’avoir une très forte létalité et une difficulté énorme pour les services actuels de traiter ces cas».

En Afrique, la situation semble être sous contrôle, mais le docteur Yao assure que tout peut changer brusquement. D’après lui, « le risque est très élevé suivant les localisations mondiales, et avec les connexions que nous avons, les cas sporadiques qui arrivent à ce stade-ci pour l’Afrique nous sommes toujours dans la stratégie de confinement. C’est-à-dire s’assurer qu’à partir d’un seul cas on peut éviter la propagation».

S’agissant du traitement des cas en Europe et sur le continent africain, Michel Yao a souligné que la différence se trouvait dans « les équipements pour faire ce traitement, surtout dans la plupart des régions africaines ».

Selon lui, il n’y a aucun autre pays qui soit à l’abri. Le manque de solidarité et de coopération sur le contrôle de la propagation du Covid-19 entre les continents est palpable, et Michel Yao rappelle l’importance des actions communes, car s’il y a «des cas qui persistent dans un des pays, il n’y a aucun autre pays qui sera à l’abri».

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non