Coronavirus : le Sénégal et la Côte d'Ivoire proclament l'état d'urgence

Mardi 24 Mars 2020 - 14:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Pour faire face à la pandémie de coronavirus, les présidents sénégalais, Macky Sall, et ivoirien, Alassane Ouattara, ont déclaré, le 23 mars, l'état d'urgence dans leurs pays respectifs assorti d’un couvre-feu.

Des mesures, toutefois, difficiles à appliquer dans un continent où sortir travailler est parfois une question de survie. Après plusieurs pays d’Europe et d’Amérique latine notamment, l’Afrique, le continent le plus pauvre de la planète, adopte très progressivement le confinement, une mesure destinée à sauver des vies mais qui paralyse l’économie.

Au Sénégal et en Côte d'Ivoire, des couvre-feux sont instaurés, les déplacements sont limités, les rassemblements interdits, les lieux publics et de réunion fermés, des restrictions drastiques pour tenter de limiter la propagation du covid-19. Des mesures « non-exhaustives » qui pourraient évoluer en fonction des circonstances.

Le président sénégalais a aussi souligné les conséquences de la crise sur l’économie nationale. Pour ce faire, Macky Sall annonce la création d’un fonds de riposte doté par l'Etat de mille milliards de francs CFA, et « toutes les bonnes volontés », avant de lancer un appel au secteur privé et aux partenaires.

D’après le dernier bilan du ministère de la Santé, ce lundi en fin d’après-midi, douze nouveaux cas ont été testés positifs. À ce jour, le pays enregistre soixante-onze cas sous traitement, huit déclarés guéris et aucun décès. Après Dakar et Touba, des cas ont aussi été enregistrés à Saint-Louis, Mbour, Thiès, Popenguine et pour la première fois en Casamance, à Ziguinchor.

Des mesures plus drastiques en Côte d'Ivoire

Le pays enregistre vingt-cinq cas. Pour l’heure, aucun décès n’a été signalé. Pour endiguer la pandémie, des mesures encore plus drastiques ont été prises. Celles-ci s’ajoutent aux mesures prises depuis une semaine. Outre le couvre-feu, les déplacements non-autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays sont interdits. 

Autres mesures : le confinement de la population par aires géographiques en fonction de l’évolution de la pandémie, la création de couloirs humanitaires pour venir en aide aux personnes ayant besoin d’assistance.

Au total huit mesures supplémentaires dont la durée n’a pas été précisée, et qui viennent s’ajouter à celles déjà prises ces derniers jours comme la fermeture des frontières depuis dimanche, la suspension des offices religieux, la fermeture des écoles, ou l’interdiction des rassemblements de plus de cinquante personnes.

Alassane Ouattara a lui aussi annoncé un plan de riposte national d’un montant de près de quatre-vingt-seize milliards de francs CFA destiné à renforcer les moyens de prévention et de prises en charge contre le coronavirus.

Josiane Mambou Loukoula

Notification: 

Non