Coronavirus : l’Union européenne débloque 25 milliards d’euros pour soutenir l’économie

Mercredi 11 Mars 2020 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les vingt-sept chefs d'État et de gouvernement de l'UE ont tenu une réunion d'urgence le 10 mars sur le Cov-19 pour la première fois par vidéoconférence. Un nouveau fonds d'investissement pour lutter contre la maladie a été annoncé.

 

Après plus d’un mois de présence de ce coronavirus en Europe, tous les pays membres sont touchés et leur économie est fragilisée.                 

« Il pourra atteindre rapidement 25 milliards d'euros. En ce qui concerne la recherche et le développement, nous avons mobilisé 140 millions d'euros de fonds public et privé pour des recherches prometteuses sur les vaccins, le traitement et le diagnostic », a déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

L'institution veut aussi assouplir les règles aéroportuaires pour empêcher les vols à vide, car « les compagnies aériennes continuent de faire voler leurs appareils par peur de perdre leurs créneaux de vol ».

L’Italie entièrement confinée

Soixante millions d'Italiens ont été priés de rester chez eux. Rome a décidé d’appliquer des mesures sans précédent pour contenir la progression de l’épidémie. La frontière italienne reste ouverte.

Tous les Italiens devront éviter les déplacements sauf pour aller travailler, se ravitailler ou encore pour des soins médicaux. Les rassemblements sont également prohibés. Depuis dimanche, déjà un quart de la population du Nord de la péninsule était confiné.

Le gouvernement a interdit tout rassemblement et déconseillé de voyager sur le territoire. La maladie a fait 168 nouveaux décès en l’espace de vingt-quatre heures, ont annoncé les autorités le 10 mars en fin de journée.

Jamais le bilan des décès en une seule journée n'a été aussi élevé . Le virus a fait 631 morts au total dans la péninsule, pays le plus touché d’Europe, le deuxième au monde, alors que dans le monde le nombre de morts liés au coronavirus dépasse désormais le millier hors de Chine. Le nombre de personnes contaminées est également passé de 9.172 à 10.149, soit une augmentation de 10.7%.

Reprise progressive d’activités à Wuhan en Chine

Après des semaines à l'arrêt, les industries clés de la ville, où est apparu en décembre dernier le coronavirus, vont reprendre progressivement leurs activités, selon les autorités du pays.

Il s'agit d'un retour progressif concernant certains secteurs, comme les transports publics, les produits médicaux de première nécessité, l'alimentation et les services publics. En outre, les firmes faisant partie d'autres secteurs d'activité, mais « ayant une grande importance dans la chaîne de production nationale et mondiale pourront reprendre le travail sur autorisation expresse »

Les autres entreprises ne seront autorisées à redémarrer leurs activités qu'à partir du 21 mars. Une nouvelle qui devrait permettre de rassurer les marchés et les entreprises.

En effet, le plus dur de l'épidémie est passé en Chine au prix de mesures radicales d'isolement social et de très haute surveillance.

Selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié le 28 février après une mission d'experts en Chine, le pays a réussi ce que beaucoup d'observateurs pensaient impossible. De près de deux mille cinq cents nouveaux cas début février, ce nombre a chuté à un peu plus de quatre cents, deux semaines plus tard. Il y a quelques jours, la Chine a rapporté deux cents nouveaux cas. Le pic de la maladie semble avoir été atteint fin janvier.

Comment cela a-t-il été possible ? Au prix « d'un effort parmi les plus ambitieux, agiles et agressifs de l'histoire », note le rapport, à savoir des mesures drastiques d'isolement social et de très haute surveillance de la population.

Le traitement à la Chloroquine testé à Marseille sur 24 patients

Dans une vidéo publiée le 9 mars, le professeur Raoult de l'IHU à la Timone a annoncé qu'il met en place le traitement contre le Coronavirus en lien avec l'étude chinoise dont il parlait en février. Un traitement à base de Chloroquine, habituellement utilisé contre le paludisme.

Dans cette vidéo, le professeur Raoult a annoncé que « nous venons d'avoir l'accord pour notre projet de recherche sur l'Hydroxy-Chloroquine » faisant suite à « une étude chinoise  qui met en évidence l'efficacité d'un traitement ». L’étude a été publiée le 19 février dernier et démontrerait des cas de guérison assez rapides sur des patients Chinois. Cette étude utilise la Chloroquine, ce traitement anti-paludique, utilisé depuis soixante-dix ans.
Ce traitement à base de Chloroquine, utilise un dosage précis : « 500mg par jour pendant dix jours », a détaillé le professeur dans une intervention devant des étudiants de l'IHU à Marseille.Cette étude aurait reçu l'aval des autorités chinoises. Le traitement est utilisé contre le paludisme notamment. Il aurait aussi « été testé lors de l'épidémie du SRAS », et serait efficace contre le Covid-19.

« L'avantage de ce traitement, il est peu onéreux et disponible en grande quantité sur le territoire », a détaillé le professeur. Pour lui, l'utilisation de ce traitement va « améliorer la prise en charge clinique qui est pour les pathologies déjà relativement graves. » Il a insisté aussi sur le fait que le deuxième objectif est « de faire diminuer le portage viral, actuellement il est de quatorze jours, avec ce traitement il serait de seulement quatre jours selon l'étude chinoise ». Le risque de contamination serait largement diminué.

Reste à savoir dans quelle mesure ce traitement sera validé par l'Agence nationale de santé, et quand il pourra être utilisé pour les patients français.

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non