Coronavirus : un point sur la pandémie dans le monde

Lundi 23 Mars 2020 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Des millions de personnes à travers la planète sont assignées à résidence. Sur le continent, après le Rwanda, et Maurice, d'autres pays envisagent aussi cette mesure drastique dans un contexte matériel et culturel peu propice.

La pandémie de nouveau coronavirus a tué plus de 15.000 personnes dans le monde dont une nette majorité en Europe où la pandémie progresse le plus rapidement. Pour tenter d’enrayer la propagation, le monde se barricade un peu plus. Certains pays ont pris des mesures coercitives comme la France, l'Italie, l'Espagne, l'Argentine tandis que d'autres comme l'Iran ou le Royaume-Uni, se contentent de recommandations appuyées.

En Afrique, les mesures se multiplient. Le confinement a été mis en œuvre lundi à Lubumbashi après l'arrivée de deux cas suspects en provenance de Kinshasa et quatre parlementaires ont demandé au président Félix Tshisekedi de placer la capitale en quarantaine et de l'isoler du reste du pays.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a pour sa part annoncé un confinement partiel de 19H30 à 6H du matin, qui a débuté dimanche. Dimanche soir, le président malgache Andry Rajoelina a décrété le confinement de la capitale et de la deuxième ville du pays, Toamasina. A ce jour, 12 cas ont été officiellement déclarés sur la Grande île. Une décision difficile à respecter pour les populations. "On doit choisir entre mourir du coronavirus ou de la faim en confinement" explique une vendeuse de feuilles à tisane.

Les présidents du Sénégal Macky Sall et de la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara pourraient annoncer de nouvelles mesures après les premières déjà prises (fermeture des frontières et des lieux publics...). Au Cameroun voisin, le confinement fait débat. "On espère ne pas arriver à un confinement de tout le pays", a déclaré dimanche soir le ministre de la Santé.

De son côté, le Nigeria tente tant bien que mal de faire respecter les mesures déjà en vigueur, à commencer par l'interdiction des rassemblements.

Au Burkina-Faso les autorités "envisagent de plus en plus un confinement total des populations sur une période de deux à trois semaines", selon une source sécuritaire.

En Inde, 700 millions de personnes sont concernées par des mesures de confinement : 19 États et territoires de l'Union sont en confinement total, six autres en confinement partiel et trois régions ont pris des mesures.

A Moscou, le maire a ordonné aux retraités de rester chez eux ou de partir dans leur datcha. L'Arabie saoudite va imposer un couvre-feu nocturne pendant trois semaines.

La France se prépare à prolonger le confinement au-delà de fin mars. Hong Kong interdit désormais toute entrée aux non-résidents. Les Emirats arabes unis ferment les centres commerciaux et restaurants. Les étrangers ayant habituellement le droit de résidence sont interdits d'entrée jusqu'à nouvel ordre.

En Chine, pour prévenir une deuxième vague de contamination à cause de cas importés (39 lundi), les passagers des vols internationaux à destination de Pékin doivent désormais effectuer une escale préalable dans une ville chinoise afin d'y subir des examens médicaux.

Economie : la nécessité d’un effort coordonné au niveau international

Lundi, le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, a lancé une alerte : l'économie mondiale va souffrir pour des années et il est irréaliste de penser qu'elle va rebondir rapidement, a-t-il averti, appelant à un effort coordonné au niveau international pour tenter d'atténuer l’impact de la pandémie. "Il s'agit du troisième et du plus grand choc économique, financier et social du XXIe siècle et il exige un effort mondial moderne semblable au Plan Marshall et au New Deal combinés, pour éviter une récession prolongée", a plaidé le responsable.

Du côté des places financières, la défiance restait le maître mot sur les marchés avec de sévères reculs boursiers lundi tant en Asie qu'en Europe. En Australie, où le spectre de la Grande dépression des années 1930 est désormais évoqué, d'immenses files de chômeurs se sont formées lundi devant les agences pour l'emploi au premier jour de la fermeture de nombreux commerces. En Asie, des dizaines de milliers de travailleurs migrants tentaient lundi de fuir la Thaïlande où les cas de coronavirus se multiplient pour regagner le Laos ou la Birmanie, au risque de disséminer un peu plus la pandémie. La course contre la montre pour un vaccin est maintenant cruciale. La Chine a entamé son premier essai clinique pour tester un vaccin au moment où plusieurs pays sont engagés dans une course pour découvrir un moyen de combattre l'agent pathogène. La Russie a commencé à tester un vaccin sur des animaux et un essai clinique a été lancé dimanche dans sept pays européens pour tester quatre traitements expérimentaux contre le coronavirus.

"En réalité le confinement partiel ou total risque d'avoir des effets désastreux pour le continent africain", s'inquiète l'écrivaine camerounaise Calhixte Beyala sur sa page Facebook. "Les populations les plus démunies en seront les premières victimes, elles crèveront de faim ou du moins leur organisme fragilisé par la malnutrition les rendra fragiles face au virus", selon elle. "Il convient de trouver pour l'Afrique des stratégies d'urgence qui répondent mieux aux besoins de nos peuples", conclut-elle.

A Rio de Janeiro, le cri du cœur d’une responsable associative dans une favela illustre la hantise d'une catastrophe sanitaire pour les plus pauvres : "On nous dit qu'il faut se laver les mains sans arrêt, mais comment faire quand l'eau courante est régulièrement coupée ?". AFP

Bénédicte de Capèle avec AFP

Légendes et crédits photo : 

La pandémie Covid-19 progresse dans le monde (FRANCK FIFE / AFP)

Notification: 

Non