Côte d’Ivoire : Guillaume Soro candidat à la présidentielle de 2020

Mardi 15 Octobre 2019 - 15:08

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ancien président de l’Assemblée nationale, devenu opposant au régime d’Alassane Ouattara, a annoncé sa candidature, le 12 octobre à Valence, en Espagne, lors d’une réunion avec ses inconditionnels.

La déclaration de Guillaume Soro intervient après le flou jeté par le président Ouattara sur une possible nouvelle candidature en 2020, pour un éventuel troisième mandat, qui serait le deuxième de l’actuel chef d’Etat dans le cadre de la nouvelle Constitution adoptée en 2016.

Guillaume Soro met ainsi fin à un faux suspense qu’il maintenait depuis des mois. L’ancien bras droit d’Alassane Ouattara se lâche, non sans se voir déjà bien lancé dans la course au sommet. « Il y a des partis pro-Soro qui m'ont choisi comme candidat, alors oui, je serai candidat. Maintenant, si je gagne au premier tour, honnêtement, je serai content. Mais s’il y a un second tour, celui d’entre nous qui aura le plus de points aura le soutien des autres », a déclaré l’ancien rebelle à un peu plus d’un an de la présidentielle d’octobre 2020. Cette annonce, qui surprend par son timing, intervient plusieurs mois avant le début d’un scrutin qui déchaîne les passions dans le pays ouest-africain.

« Si j'arrive au second tour avec le plus grand nombre de voix, j'aurai l'appui des autres partis d'opposition. Je suis encore jeune. J'ai trente, quarante ans de vie politique devant moi », a-t-il ajouté.

Les principaux partis politiques du pays n’ont pas encore dévoilé leurs choix – y compris le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix d’Alassane Ouattara. Par cette annonce, l’ex-Premier ministre de Laurent Gbagbo puis d’Alassane Ouattara veut se démarquer des autres candidats potentiels au sein de l'opposition.

En juillet dernier, l'Assemblée nationale adoptait une nouvelle loi pour la prochaine élection présidentielle, en vue de réformer la Commission électorale indépendante, l'organe chargé de conduire les élections dans le pays. Une réforme qui est vivement contestée par la majeure partie de l’opposition ivoirienne.

Ancien proche d’Alassane Ouattara, Guillaume Soro avait lancé un mouvement politique plus tôt cette année, après des tensions avec le pouvoir en place, qui l’ont conduit à démissionner de son poste de président de l'Assemblée nationale. Pour l’instant, aucun des autres principaux challengers au poste de président de la République n’a encore officiellement annoncé sa candidature.

Josiane Mambou Loukoula

Notification: 

Non