Covid-19 : 20% des services de santé et sociaux perdus par les femmes et les enfants

Lundi 27 Juillet 2020 - 12:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

À l'échelle mondiale, les femmes et les enfants perdent l'accès à 20%  de leurs services de santé et services sociaux à la suite de la Covid-19, selon les experts mondiaux de la santé.

Baisse drastique de vaccins chez les enfants

Environ 13,5 millions d'enfants ont raté des vaccins salvateurs au cours des quatre derniers mois, et certains d'entre-eux dans les pays à faible revenu pourraient ne jamais recevoir ces injections de routine, selon le rapport annuel du Groupe d'experts indépendant commandé par les Nations unies. Avant la pandémie, le taux de mortalité maternelle diminuait à un rythme annuel plus lent  que ce qui est nécessaire pour atteindre les Objectifs de développement durable  d'ici 2030. À l'échelle mondiale, la mortalité maternelle connaîtra un pic de 24 000 décès en 2020, en raison de Covid-19 , selon le rapport. On estimait déjà que deux cent quatre-vingt-quinze mille femmes mourraient pendant ou peu de temps après la grossesse en 2020. 

Selon la coprésidente du panel, Elizabeth Mason, la perte globale de services dans les différents pays pour les femmes, les enfants et les adolescents varie de 10% à 60%. Au Royaume-Uni, par exemple, 80% d'enfants en moins ont été admis à l'hôpital pendant la pandémie, a-t-elle expliqué. '' Nous sommes à un point où des décennies de progrès pour ce groupe pourraient être facilement inversées'', à déclaré Joy Phumaphi, coprésidente du panel et ancienne directrice générale adjointe de l'Organisation mondiale de la santé. L'accès aux soins de santé génésique pour de nombreuses femmes et filles s'est, en effet, détérioré pendant la pandémie, et le retour à l'activité pré-pandémique reste inégal. 

Une mortalité maternelle et infantile plus élevée que prévue

Médecins Sans Frontières, dans son rapport en cours intitulé les '' impacts secondaires potentiellement catastrophiques'' que Covid-19 a sur la santé des femmes et des filles dans le monde, révèle une ''mauvaise situation'' sur la couverture sanitaire universelle, son inégalité et sa méfiance envers les gouvernements, le secteur privé, les médias, et les organisations à but non lucratif, en raison d'un "sentiment croissant d'iniquité et d'injustice". Dans l'ensemble, les progrès mondiaux dans la réduction des décès évitables de mères, de nouveau-nés, d'enfants et d'adolescents accusaient déjà un retard d'environ 20%. ''Lorsque la pandémie a frappé, très rapidement, nous avons commencé à constater en effet qu'il y avait des problèmes liés à l'augmentation de la violence domestique, par exemple, et nous avons eu des premiers rapports d'arrêt de la vaccination'', a déclaré Elizabeth.

Ajoutant : '' Nous avons commencé à l'examiner plus en détail pour voir cet effet secondaire massif de la Covid-19. Parce que l'accent a été mis sur la Covid-19 et, en fait, d'autres services ont énormément souffert dans de nombreux pays''. Selon les études disponibles des Nations unies, la mortalité maternelle et infantile devrait être plus élevée que prévu et pourrait "se détériorer par rapport aux niveaux de mortalité estimés pour 2015".  Les enquêtes montrent que 73% des agents de santé dans 30 pays ont cité des pénuries de produits sanitaires, et 50% ont signalé un accès réduit à l'eau potable pour aider à gérer l'hygiène menstruelle, selon les recherches. "L'impact peut en fait être énorme", a déploré Elizabeth Mason.

Recommandations du groupe d'experts

Le groupe d'experts recommande que les gouvernements investissent dans l'amélioration de la qualité des données sur la santé des femmes et des enfants, l'institutionnalisation des processus de responsabilisation pour surveiller, examiner et appliquer les enseignements à la santé des femmes et des enfants et permettre la participation du public à la réforme de la responsabilisation. ''Les gouvernements ont le devoir de protéger les femmes, les enfants et les adolescents, et ils doivent aussi faire la bonne chose pour eux. Ils peuvent faire la bonne chose pour la Covid-19, mais cela devrait être en plus, pas au détriment de la santé des femmes et des enfants'', a insisté Mason.

Noël Ndong

Notification: 

Non