Covid-19 : Andry Rajoelina démontre l’efficacité du Covid-Organics

Mardi 12 Mai 2020 - 15:04

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président malgache est monté au créneau, le 11 mai, dans un entretien exclusif accordé à France 24 et RFI, pour défendre son médicament, le « Covid-Organics », tiré de l’artemisia.

Andry Rajoelina a soutenu que le seul tort du « Covid-Organics », c’est qu’il provient d’un pays africain. Pour le président, ce produit est efficace, non seulement pour prévenir le coronavirus, mais également pour guérir de la maladie. Il a révélé qu’à Madagascar, 80% de la population se soigne à travers le remède médicinal.

D’ailleurs, renchérit le président, c’est le fruit des recherches réalisées par l’Institut malgache de recherches appliquées, qui a le statut de centre régional de recherche de l’Union africaine. « La situation mondiale de la crise sanitaire fait état de trois cent mille morts, maintenant pourquoi ignorer une possibilité de traitement ? » s’est interrogé le président malgache, rappelant les résultats obtenus par son remède. « La preuve que nous pouvons montrer maintenant, c'est bien évidemment la guérison de nos malades. Il n'y a pas de mort actuellement à Madagascar. L’artemisia a fait ses preuves. Sur un échantillon de cent soixante-onze cas, cent cinq sont guéris, soit un pourcentage de guérison, de 61% », a-t-il expliqué.

Répondant à la question relative à une mise en garde de l’OMS et d’autres spécialistes en médecines, le président malgache a répondu sèchement à ses détracteurs. Pour l’ancien maire de la capitale malgache, Antananarivo, « il y a des non-dits dans leurs argumentations, qui ressemblent tout simplement à des manipulations venant des lobbies ». « Je pense que le problème, c'est que ce produit vient d'Afrique et on ne peut pas admettre qu'un pays comme Madagascar ait mis en place cette formule pour sauver le monde », a déploré le chef de l'Etat. « Si ce n’était pas Madagascar mais un pays européen qui avait découvert ce remède, est ce qu’il y aurait eu autant de doutes. Je ne le pense pas ! », a-t-il déploré.

Interrogé sur l'absence d'essais cliniques confirmant les vertus de sa tisane, Andry Rajoelina a rappelé qu'elle avait « le statut de remède traditionnel amélioré » et ne nécessitait donc, avant d'être distribuée, qu'une « observation clinique selon les indications du guide élaboré par l'OMS », précisant : « Nous avons respecté les normes éthiques reconnues universellement en matière d'études et de recherches cliniques ». « C'est une guerre contre le Covid-19, mais ce n'est pas la force militaire ou la puissance économique qui jouent actuellement, mais Dieu. Le Seigneur nous a donné les plantes médicinales pour aider notre pays et le monde entier à lutter contre cette maladie », a indiqué Andry Rajoelina. « Rien ne nous empêchera d'avancer, ni un pays, ni une organisation », a-t-il insisté, en réponse aux mises en garde de l'OMS.

Même si beaucoup de pays africains ont reçu leurs lots de « Covid-Organics », des scientifiques ainsi que l’OMS émettent toujours des réserves quant à l’efficacité du remède. L'OMS a mis en garde les dirigeants africains contre la tentation de promouvoir et d'utiliser la potion malgache sans tests scientifiques. En effet, Madagascar a fourni à sa population et à plusieurs pays africains un breuvage à base d'artemisia, une plante à l'effet thérapeutique reconnu contre le paludisme, en affirmant qu'il prévenait et soignait le Covid-19. A ce jour, la Grande Île compte officiellement cent quatre-vingt cas d'infections au Covid-19 dont cent cinq guérisons et aucun mort.

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non