Covid-19 : Fulbert Bokyendzé invite les dirigeants à protéger les sportifs

Lundi 1 Juin 2020 - 13:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le directeur technique de la Fédération congolaise des sports de boules (Fécoboules) a souhaité que les gestionnaires du sport national prennent des initiatives visant à protéger et soutenir les athlètes et fédérations en difficulté à cause de la pandémie du coronavirus.

Fulbert Bokyendzé estime que le ministère des Sports et de l’Education physique et le Comité national olympique et sportif congolais devraient s’inspirer du geste fait par la Fédération congolaise de football à sa famille pour manifester son soutien à toutes les fédérations sportives nationales surtout celles  qui ne  bénéficient pas de l’aide des instances internationales. De même, la Fédération internationale de football association, a-t-il rappelé, a donné les moyens à la  Fécofoot qui lui a permis à son tour de soutenir ses clubs, ligues, les joueurs et dirigeants  pendant cette période de crise sanitaire avant d’abonder le fonds national de solidarité contre  la Covid -19.  La réalité, a-t-il dit,  n’est pas la même dans toutes les fédérations.

« Lorsque vous avez une population, il faut savoir comment la gérer. La Covid- 19 bat son plein par exemple. Qu’est-ce que les dirigeants de notre sport ont fait jusqu’à présent pour les sportifs congolais. Nous regardons la télévision et lisons les journaux mais nulle part il est écrit qu’on nous a apporté même les bavettes. Nous sommes les sportifs congolais. Mais si la Covid-19 vide tous les sportifs congolais, avec qui irez-vous en compétition ? » s’est il interrogé.

Le directeur technique de la Fécoboules a également souhaité que la direction générale des sports mette en pratique la politique de suivi des dirigeants et  athlètes  éloignés des terrains pour des cas liés à  la maladie en leur apportant ne fût-ce qu’un soutien moral. Soulignons que Fulbert Bokyendzé n’est plus actif sur le terrain depuis deux ans à cause de son état de santé.  Selon lui, seul le conseiller aux sports du ministre l’appelle régulièrement pour avoir de ses nouvelles.

« Cela me  touche. Mais du point de vue de la structure,( la gestion des ressources humaines du sport), qu’est ce qu’ils font ? Est-ce qu’ils peuvent savoir qui devient qui ?  où se trouve t-il en ce moment précis ? Cela fait deux ans que je suis à la maison malade. On devrait avoir quand même une politique du suivi des athlètes. Quand on parle de l’assistance, l’on pensera automatiquement à l’argent  mais non. On peut venir ou contacter quand même tel joueur ou tel technicien pour lui dire  que cela fait un bout de temps que l’on ne  vous voit pas ou nous avons appris de votre état de santé. Je pense que cela lui  ferait du bien», a-t-il signifié, avant de poursuivre : « Mais quand vous les abandonnez, vous attendez à  quoi ? le jour où ils vont mourir? C’est en ce moment là où on va sortir de l’argent… On ne doit pas attendre ce vilain moment pour assister la famille après le départ de notre frère », a-t-il commenté.

En rappel, Fulbert Bokyendzé est l’artisan des meilleurs résultats des Diables rouges pétanque pendant les deux dernières olympiades. Avec lui, les Congolais ont participé à  plusieurs compétitions continentales au cours desquelles ils ont glané des médailles.  Lors des Jeux africains par exemple, la pétanque congolaise avait glané la médaille d’argent aux tirs de précision.

 

James Golden Eloué

Légendes et crédits photo : 

Fulbert Bokyendzé, le directeur technique des Diables rouges pétanque/DR

Notification: 

Non