Covid-19 : la Chine organise un séminaire sur le développement intégré de la Culture et du tourisme à l’ère post-pandémique pour le Congo

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:26

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Organisé par le ministère de la Culture et du Tourisme de Chine en partenariat avec l’académie centrale de l’administration culturelle et touristique (ACACT), ce séminaire qui s’est ouvert ce 21 septembre en ligne prendra fin le 25 de ce mois.  

Au cours de ce séminaire, des experts et des érudits chinois sur la culture et le tourisme, vont élaborer des politiques de relance des entreprises culturelles et touristiques après la pandémie et sur l’innovation systématique du développement culturel et touristique intégral de haute qualité. Les deux parties discuteront sur les moyens de promouvoir l’intégration organique et le développement durable des industries culturelles et touristiques.

Les conférences portent sur les thèmes suivants : « Stratégies de revitalisation des entreprises touristiques dans l’ère post-épidémique » ; « Perspectives du tourisme international sous l’impact de l’épidémie » ; « Prendre l’exemple des OCTG… Analyse de l’intégration de la culture et du tourisme après l’épidémie ».

Dans son mot d’usage, le secrétaire du comité du parti et vice-président de l’Académie centrale de l’administration culturelle et touristique, Wang Jianhua, a rappelé que tout au long des cinquante-six années de glorieuses relations entre la Chine et le Congo, sous la conception de haut niveau et la direction stratégique des dirigeants des deux pays, la confiance mutuelle politique bilatérale s’est approfondie ; le fondement de l’opinion publique est devenu de plus en plus solide et la coopération dans divers domaines a été sincère, pragmatique et fructueuse, assurant le développement à long terme, stable et sain des relations bilatérales.

Wang Jianhua a par la suite présenté l’Académie centrale de l’administration culturelle et touristique, qui est un établissement d’enseignement et de formation des talents. Il est affilié au ministère de la culture et de tourisme de Chine… Aujourd’hui, la formation annuelle moyenne est de plus de 300 équipes de toutes sortes comprenant environ 20 000 personnes. L’Académie a une grande expérience en formation des ressources humaines pour les pays étrangers, et a jusqu’à présent organisé avec succès 102 programmes de formation dans ce domaine, offrant une formation thématique à plus de 2300 fonctionnaires, professionnels et techniciens dans le secteur culturel de 1288 pays et régions.

Prenant la parole à son tour, le conseiller au patrimoine et aux archives du ministère de la Culture et des Arts de la République du Congo, Jean Omer Ntady, a fait savoir que cette rencontre pédagogique, espace de partage et de communion entre les deux cultures, renseignera sur l’expérience de la République populaire de Chine, qui recèle un patrimoine riche et varié, tant culturel, naturel qu’immatériel. A titre d’illustration, il a cité, entre autres, la Muraille de Chine, une des sept merveilles du monde ; le parc à Panda, animal emblématique, à Cheingdou ; l’Art culinaire de Cheingdou, inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité et d’autres manifestations culturelles. Ce patrimoine et ces manifestations culturelles, dit-il, drainent des foules de touristes qui vont les visiter, contribuant ainsi à l’économie touristique, mieux à la croissance économique de la Chine.

La République du Congo, compte également un patrimoine culturel, naturel et immatériel, qui nécessite sa mise en valeur, afin de contribuer au développement durable. De cet héritage, le Tri National de la Sangha, bien transfrontalier que trois pays ont en commun : le Congo, le Cameroun et la Centrafrique, dont le segment congolais est Nouabalé-Ndoki, qui a été inscrit au patrimoine mondial. Le domaine royal et l’ancien port d’embarquement des esclaves de Loango aussi bien les parcs nationaux de Conkouati-Douli et d’Odzala-Kokoua font partie de la liste indicative du patrimoine.

Jean Omer Ntady a évoqué également la rumba congolaise dont le dossier d’inscription sur la liste représentative du patrimoine culturel a été soumis à l’UNESCO, pour son examen au comité intergouvernemental en novembre et décembre 2021. « … Ces échanges nous offrent l’occasion de nous inspirer des bons modèles de la République populaire de Chine, en capitaliser les acquis de ces cinq journées de partage, qui enrichiront nos pratiques, nos expériences professionnelles », a-t-il ajouté.

Dans son allocution d’ouverture, le directeur général du bureau d’échanges et de coopération internationale, ministère de la Culture et du Tourisme de la République populaire de Chine, Zhang Weiguo, a indiqué que la pandémie de la Covid-19 qui a éclaté au début de cette année constitue une menace sans précédent à la sécurité et aux vies des êtres-humaines, sans oublier l’impact important sur l’économie mondiale. Face à l’épidémie, la Chine et le Congo se sont soutenus dans la solidarité et ont lutté côte-à-côte dans une série de coopérations effectives qui servent à renforcer la confiance mutuelle et à approfondir leur amitié.

Zhang Weiguo, a rappelé également l’apport du groupe artistique « Babingui Tambour » de la République du Congo qui a sorti la chanson de rap intitulée “Main dans la main Congo Chine”, créée conjointement par la Chine et le Congo. Aussi a-t-il poursuivi, le gouvernement chinois a envoyé une équipe d’experts médicaux au Congo pour soutenir la lutte contre la maladie. D’ailleurs, lors de l’entretien du premier ministre Clément Mouamba avec l’équipe médicale chinoise, il a souligné que « Les moments difficiles nous aident à constater que les vrais amis se tiennent à nos côtés ».

Le directeur général du bureau d’échanges et de coopération internationale, au ministère de la Culture et du Tourisme de la République populaire de Chine, a fait savoir que sous la direction du président Xi, le peuple chinois est uni dans la même conviction. « Nous avons pris des mesures de quarantaine globale et rigoureuse, avec une série de politique qui vise à promouvoir dans une façon coordonnée la prévention du virus et le développement économique. Le ministère de la Culture et du Tourisme a pris des mesures promptes pour relancer les emplois, la production et l’opération dans le contexte de contrôle stricte… La pandémie fait encore ravage en se répandant dans le monde. La Chine et le Congo, nous sommes confrontés à la tâche difficile de lutter contre le virus, de stabiliser l’économie et d’assurer la vie du peuple », a déclaré Zhang Weiguo.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photos 1&2 : les séminaristes congolais et chinois présents à Brazzaville lors de la cérémonie d’ouverture (crédit photo/ ADIAC)

Notification: 

Non