Covid-19 : la distanciation sociale difficile à respecter dans les marchés

Jeudi 9 Avril 2020 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les espaces de distanciation sociale sont entrés en vigueur au marché Total, le 9 avril, à la suite de la visite  du Premier ministre, Clément Mouamba, dans ce lieu public de vente d'objets divers.  Mais, la réalité sur le terrain tranche avec les instructions gouvernementales liées à la protection des populations contre la contamination au covid-19.  

Le 7 avril, le Premier ministre a effectué une descente dans les marchés de Brazzaville pour rappeler les mesures barrières contre le covid-19 et appeler les vendeurs à respecter la distanciation sociale d’un mètre, une des mesures édictées par le gouvernement pour éviter la propagation de la pandémie du covid-19. Le lendemain, le maire par intérim de Brazzaville, Guy Marius Okana,  et l’administrateur maire de Bacongo, deuxième arrondissement de la capitale, Simone Loubienga,  ont fait le même travail en appelant les comités du marché à mettre en place le dispositif pour respecter la distanciation sociale en vue de  protéger les vendeurs  et les acheteurs.

Dans la matinée du 9 avril au marché Total, le comité du marché a mis de l’ordre en obligeant les vendeurs à libérer les bordures de l’avenue de l’OUA; de sorte qu’ils s’installent dans les carrés prévus pour faire respecter la distanciation sociale. Sur le terrain, le constat est tel que les carrés sont respectés mais la distanciation pose encore problème. La distance d’un mètre est respectée par endroit. Mais sur l’ensemble du périmètre, l’espace demeure serré. D’autres vendeurs ambulants ont pris d’assaut les couloirs de distanciation. Le contact avec les acheteurs est permanent.

Par ailleurs, certains vendeurs ont du mal à digérer le nombre de jours ouvrables des marchés domaniaux, à savoir lundi, mercredi et vendredi. Le reste des jours, selon eux,  constitue un manque à gagner. Mais, puisque la santé n’a pas de prix, tous sont obligés de respecter les mesures édictées par le gouvernement.  

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Les vendeurs au marché Total

Notification: 

Non