Covid-19 : plus de 120 milliards de dollars d'aides pour la survie des compagnies aériennes

Mardi 16 Juin 2020 - 13:31

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les aides des Etats pour permettre la survie des compagnies aériennes ont atteint 123 milliards de dollars à mi-mai, à en croire l'association internationale du transport aérien (Iata). Ces mêmes compagnies pourraient perdre plus de 84 milliards de dollars cette année.

Très touchées par les restrictions de voyages dues à la Covid-19, les compagnies aériennes ont déjà bénéficié de plus de 123 milliards de dollars d'aide, selon l'Iata. Sur le total de ce montant, 67 milliards de dollars seront remboursés alors que le montant total de la dette du secteur s'élèvera à près de 550 milliards, soit une augmentation massive de 28% . " Le prochain défi sera d’empêcher les compagnies de se noyer sous le poids de la dette créée par l’aide", a indiqué le directeur général de Iata, Alexandre de Juniac. Mais ces aides ont été distribuées de façon "inégale", selon le directeur financier de l'Iata, Brian Pearce. "Le gouvernement américain a ouvert la voie avec son Cares Act (…)" et une aide qui  " au total représente un quart des revenus annuels des compagnies de cette région" du monde.

L’Europe arrive en deuxième position (15% du chiffre d’affaires annuel) puis vient l’Asie (10%)", d'après Iata. En Afrique, au Moyen-Orient ou en Amérique latine, ces aides représentent environ 1% du chiffre d'affaires annuel des compagnies en 2019. "Là où les gouvernements n’ont pas répondu assez rapidement ou avec des montants limités, on a constaté des faillites ", a précisé  Alexandre de Juniac, citant l’Australie, l’Italie, la Thaïlande, la Turquie et le Royaume-Uni. L'Iata craint des faillites si le trafic ne reprend pas en juin.

L’Iata ne dispose pas de chiffres précis sur le nombre de compagnies en faillite, indique Brian Pearce. " S’il n’y a pas d’amélioration de la situation lors du redémarrage" prévu à partir de juin pour les vols intérieurs et de juillet pour les vols continentaux, "nous craignons d’assister à un certain nombre de faillites". Elle ne s’attend pas à ce que le trafic aérien retrouve un niveau d’activité équivalent à celui d’avant la pandémie de Covid-19 avant l’horizon 2023. Le transport aérien traverse la plus grande crise de son histoire. Selon les dernières analyses de l'association, les compagnies aériennes pourraient enregistrer 84,3 milliards de dollars de perte cette année, une perte de chiffre d'affaires de 50%.

L'Association a fondé son estimation sur le principe de réouverture progressive des marchés et sur l'espérance qu'il n'y aura pas de deuxième vague épidémique plus dévastratrice que la première. Alors que la situation sanitaire reste préoccupante dans le monde, pour l'Organisation mondiale de la santé elle s'améliore en Asie et en Europe, menant à une lente levée des restrictions de voyage, après avoir touché le fond au mois d'avril. 

 

Noël Ndong

Notification: 

Non