Covid-19/CEMAC : le décaissement du fonds de soutien toujours attendu

Mardi 21 Avril 2020 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les dirigeants de la sous-région ont, lors d'une réunion tenue à Brazzaville, résolu de dégager une enveloppe de quatre-vingt-dix milliards de francs CFA en raison de quinze milliards par pays dans le cadre de la riposte à la pandémie du coronavirus. A ce jour, trois milliards de francs CFA ont été décaissés.

Pour lutter contre le coronavirus, les six pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) avaient décidé de privilégier une démarche commune. Certains d'entre eux ont déjà commencé à transmettre à la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC) les demandes de financement de leur plan de riposte au Covid-19, malgré l’avance de cinq cents millions de francs CFA que chaque pays a déjà reçu.

« Les décisions sur les financements sollicités devaient être prises dans les meilleurs délais possibles, comme les ministres l’ont demandé. Mais il convient d’ores et déjà de préciser qu’une enveloppe de cinq cents millions de francs CFA avait déjà été mise à la disposition de chacun des Etats membres de la CEMAC, avant même la tenue de la réunion du 28 mars », a indiqué le Pr Michel-Cyr Djiena Wembou, secrétaire permanent du programme des réformes économiques et financières de la  Cemac.

A en croire, ce dernier, les décisions des différentes réunions des ministres de l’Economie et des Finances permettront aux pays membres de la CEMAC de se donner des marges budgétaires afin de faire face à la pandémie et à la relance future, sur des bases saines, de leurs économies.

Les ministres avaient, en outre, adressé des correspondances officielles aux chefs d’Etat de plusieurs pays tels que les Etats-Unis, la France, la Grande Bretagne, la Chine, la Russie, l’Inde, le Japon pour solliciter la suspension dans les meilleurs délais des demandes de remboursements des crédits, y compris les intérêts ainsi que le lancement d’un processus de négociation portant sur le réaménagement.

Le point sur l’effacement de la dette multilatérale, bilatérale, privée et le décaissement d’une assistance financière rapide et conséquente pour répondre aux besoins des pays de l’Afrique centrale qui sont confrontés à une crise sanitaire, sécuritaire et économique était également abordé dans les différentes correspondances. « Les leaders politiques des grandes nations industrialisées ont réservé une réaction positive et rapide aux requêtes de la CEMAC, qui rejoignent d’ailleurs celles formulées par d’autres institutions régionales africaines et de nombreux Etats sur le continent », a signifié le Pr Michel-Cyr Djiena Wembou.

Il a ajouté que la BDEAC a pris toutes les dispositions sur le plan interne, pour accélérer le processus d’examen et de décaissement équitable de cette ressource.

Notons qu’il est nécessaire que la mise en œuvre des décisions prises par les ministres et par les principaux responsables des institutions communautaires, dans l’intérêt supérieur des populations de la sous-région, soit effective.

Rude Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Pr. Michel-Cyr Djiena Wembou/DR

Notification: 

Non