Covid-19/PED : l’ONU a besoin de 2.500 milliards de dollars

Mercredi 1 Avril 2020 - 11:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Certains pays en développement pourraient avoir besoin d'un soutien supplémentaire de la communauté internationale à la suite de la pandémie de COVID-19.

La pandémie de Covid-19 a engendré des « dommages économiques sans précédent » pour les deux tiers de la population mondiale vivant dans les pays en développement (PED). Les Nations Unies ont plaidé en faveur d’un programme de soutien d’un montant de 2.500 milliards de dollars.

Pour faire face à ''l’imminence d’un tsunami financier cette année'', la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) propose une stratégie en quatre volets pour traduire les expressions de solidarité internationale en actions concrètes.

En premier lieu un apport en liquidités à hauteur de 1.000 milliards de dollars. Deuxièmement, la CNUCED recommande une annulation de la dette pour les économies en difficulté et un arrêt immédiat des paiements de la dette souveraine qui devrait être suivi d’un allégement significatif de la dette. '' Un point de référence pourrait être l’allégement de la dette allemande administré après la Seconde guerre mondiale, qui a annulé la moitié de sa dette en cours''.

L’agence onusienne propose l’annulation de 1.000 milliards de dollars cette année. Un plan Marshall pour la santé Face au nouveau coronavirus, la CNUCED demande également un ''plan Marshall'' pour un rétablissement de la santéd'un montant avoisinant 2.000 milliards de dollars qui auraient. L'organisation estime que 500 milliards de dollars supplémentaires devraient être affectés aux services de santé d’urgence et aux programmes d’aide sociale connexes et ainsi permettre aux PED de faire face à la situation dans les mois à venir.

Enfin, les contrôles des capitaux devraient se voir accorder une place légitime dans tout régime politique afin de limiter l’augmentation de leurs fuites, de réduire l’illiquidité due aux ventes sur les marchés des pays en développement et d’arrêter la baisse des prix des devises et des actifs.

Selon l’agence onusienne, la pandémie de Covid-19 est déjà synonyme de ''dommages économiques croissants''. Elle constate par ailleurs que la valeur des monnaies des PED a chuté de 5% à 25% par rapport au dollar depuis le début de l’année. De plus, les prix des produits de base ont également chuté précipitamment depuis le début de la crise.

Ces signaux inquiétants interviennent alors que l’économie mondiale entrera en récession cette année, avec une perte de revenus mondiale estimée à plusieurs milliards de dollars. La CNUCED estime que les PED devront faire face à un déficit de financement de 2.000 à 3.000 milliards de dollars au cours des deux prochaines années.

'' Si les dirigeants du G20 veulent tenir leur engagement de « réponse mondiale dans un esprit de solidarité », il faut prendre des mesures proportionnées pour les six milliards de personnes qui vivent en dehors des économies importantes du G20 », a souligné un économiste onusien.

Noël Ndong

Notification: 

Non