Crise au judo : le ministère veut mettre un terme au chaos

Mercredi 26 Février 2020 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le ministre des Sports et de l’Education physique, Hugues Ngouelondélé, a mis en place, le 17 février, un comité visant à normaliser la situation qui prévaut depuis plusieurs années au sein de la Fédération congolaise de judo et disciplines associées (Fecojuda).

« En accord avec le président de la Fédération internationale de judo (FIJ), Maruis Vizer et le président de l’Union africaine de judo, Habib Sissoko, il est mis en place un comité de normalisation au sein de la Fecojuda », renseigne la décision ministérielle.

Ce comité  trouve son fondement dans les recommandations exposées dans la lettre du secrétaire général de la FIJ, suite au rapport de Michel Huet, délégué de la FIJ sur la situation de la Fecojuda. Il est présidé par Mohamed  Azzoug, représentant de l’UA de judo. Gin Clord Samba Samba, Fernand Romain Ondono, Marien Ngouabi Ikama,  Arnaud Wamba Sassou Nguesso et Caloger Andrenic Aya complètent la liste des membres de ce comité.

Parmi les missions de ce comité, il y a, entre autres, la définition des conditions d’affiliation des clubs dans le respect des lois, de la compétence, d’enseignement et de la sécurité pour la pratique du judo ; la vérification de la conformité des statuts au regard des dispositions imposées par le gouvernement ainsi que l’organisation de l’assemblée générale élective (AGE) de 2020, une fois que les conditions seront réunies.

Afin de liquider les affaires courantes de la Fédération, une cellule dirigée par Gin Clord Samba Samba, entouré de Marien Ngouabi Ikama et d’Arnaud Wamba Sassou Nguesso a été mise en place.

Selon une source proche du dossier, le nœud du problème se situe au niveau du corps électoral. On estime que les deux parties doivent mettre de côté leur ego et chercher à trouver une solution sage sur la question du corps électoral. « Le camp de Marien Ikama souhaite le renouvellement du corps électoral tandis que le côté adverse pense que cela va tirer en longueur et l’AGE risque de subir des lourds retards accompagnés des conséquences importantes sur le judo », indique la source.

Elle ajoute qu’il est mieux de laisser le même corps électoral puisque c’est ce dernier qui avait voté le bureau sortant et jusqu’à présent, il n’y a jamais eu de championnat communal ou national pour pouvoir changer les électeurs. « Il y a quelque temps, la chambre de conciliation d’arbitrage du sport avait par sentence de son jugement du 10 mai 2014, enjoint à la Fecojuda de procéder à l’affiliation dans les brefs délais des clubs remplissant les conditions requises », précise la même source.

La crise qui règne au sein de la Fecojuda a duré et il est temps que la tutelle mette en place les moyens devant permettre aux talentueux judokas congolais de s’exprimer lors des compétitions nationales et internationales.

Rude Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Les judokas souhaitent pratiquer leur art de façon officielle/Adiac

Notification: 

Non